ONZE NATIONAL- CRISE AIGÜE / ÉDITORIAL : DES EXCUSES PUBLIQUES, POURQUOI SONT-ELLES NÉCESSAIRES ?

La crise qui gangrène l’environnement de la sélection haïtienne de football ne date pas d’hier. Dans ce petit jeu, il faut remonter aux faits ayant marqué le camp de concentration des Grenadiers en République dominicaine, le traitement infligé à eux avant le match contre les Îles Turks & Caicos, les incidents survenus avant le match face à Canada, les barrages de la Gold Cup de 2021 et la phase finale même de cette compétition, et ce bien avant les sorties sulfureuses du sélectionneur national sur les reseaux sociaux, suivies de celles de Duckens Nazon et ses pairs. Dans les cas évoqués : des excuses publiques sont-elles nécessaires ? Si oui, qui doit s’excuser ?

Selon une source généralement bien informée, tout a commencé par l’hébergement des Grenadiers en République dominicaine aux frais de ” Grenadye fan club “. Le traitement réservé aux joueurs quand ils étaient arrivés aux Îles Turks et Caicos, n’était pas digne et cela avait provoqué des remous sans oublier le cas de trois Grenadiers dont Johnny Placide, capitaine de la sélection nationale qui avait dû rester à Port-au-Prince parce qu’il ne pouvait, lui et les deux autres joueurs, fouler le sol américain pour une question de 14 jours francs vu qu’ils sortaient de l’Europe, les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 obligent.

Tous ces faits se sont passés comme une lettre à la poste, aucune réaction et explication de la part du Comité de Normalisation de la FHF. On dirait que ” tout marche bien madame la marquise “.

A l’issue des deux matches de barrages gagnés contre les Bermudes (4-1) et Saint- Vincent (6-1) qualifiant les Grenadiers pour la Gold Cup, plusieurs impairs se sont produits. Des membres du bureau fédéral dont le Secrétaire général était remarqué dans un Restaurant en Floride, sans masque donc sans respecter les restrictions sanitaires alors que nous étions en plein Covid-19, en train fêter avec des amies.

Imitant les responsables, les joueurs ont lâché prises, et ils se sont éparpillés partout ailleurs en Floride avant le coup d’envoi de la Gold Cup. Conséquence immédiate, beaucoup de cas de Covid-19 se sont révélés au sein du Onze national. Ce fut un fiasco total. Et dans tout cela, Haïti a été la grande perdante pour n’avoir pas pu compter sur certains cadres abandonnés dans une chambre d’hôtel, et ce sans rien offrir à manger et à boire.

Autrement dit, l’ambiance qui régnait au sein de l’équipe nationale n’était pas bonne. D’un côté, le sélectionneur qui ne sait à quel se vouer pour forcer les responsables à payer les techniciens étrangers qu’il avait avec lui, l’esprit de groupe qui n’existait plus dont le duel Nazon – Carnejy.

Là encore, aucune prise de position des responsables de la fédération. Jean-Jacques Pierre y est allé à faire un live Facebook dans lequel le soi-disant coach Roberto Geffrard qui ne dispose d’aucun papier émis par une instance reconnue sur la scène internationale sinon les quelques mois passés en Allemagne alors qu’il était un débutant, avait traité Duckens Nazon de ” Izo, Ti Lapli “. C’était un coup monté de toutes pièces par le sélectionneur, selon plus d’uns. Le laissé aller ne fait que continuer du côté des responsables.

En réaction, Duckens Nazon qui ne pouvait contenir sa maîtrise qui y est allé jusqu’à traiter son sélectionneur de tous les maux du monde et révélé au grand jour des secrets de polichinelle. Dans les colonnes de ” So Foot “, la dernière sortie de Jean-Jacques Pierre avait laissé des traces, accusant au passage les membres de la FHF tout en égratignant Duckens Nazon.

Jusqu’à date, aucune prise de position ouverte. Duckens Nazon, est-il sous sanction ? Oui, mais qui l’a sanctionné ? En tout cas, ce n’est pas JJP ni la FHF. Ils n’ont pas eu le courage de le dire ouvertement. Toutefois, Nazon ne fait plus partie de la sélection nationale de football.

Aux dires de certains proches des deux parties, une sortie de crise était annoncée. Si Placide, Arcus, Bryan Alcéus ou encore Pierrot sont de retour en sélection nationale, pas Duckens Nazon. Il fallait que ce dernier soit excusé pour qu’il puisse faire son come-back, a-t-on appris d’une source digne de foi, mais auprès de qui : Jean-Jacques Pierre ?

“JAMAIS DE LA VIE, JE NE M’EXCUSERAI”, a réagi Duckens Nazon après sa non convocation, preuve qu’il est encore en conflit ouvert avec le sélectionneur Jean-Jacques Pierre. Répondant à un fan l’exhortant de revenir en sélection après plusieurs mois d’absence et de s’excuser pour son post qu’il qualifie de ” San Respè” visant le sélectionneur, Nazon a tenu à répondre au fan en question, en disant qu’il souhaite ” le meilleur pour l’équipe”. Cependant, il soutient par ailleurs qu’il préfère mourir avec ses principes.

“Jamais de la vie, je ne m’excuserais. Le post ” san respè”, était UNE RÉPONSE au live qu’il (Jean-Jacques Pierre) avait fait sur les réseaux sociaux en nous dénigrant nous les joueurs. Depi kilè ou ka wè yon kotch ap fè live pou ensilte pwòp jwè li ? Je n’ai fait que répondre”, a soutenu le Grenadier de Quevilly Rouen .

” LES EXCUSES PUBLIQUES DE DUCKENS NAZON ”

” Je m’excuse envers mon peuple, envers tous ceux qui croient en moi pour cette situation honteuse, car c’est vous qui souffrez aujourd’hui. Ce n’est pas une question de superstar ou pas. Même si j’avais eu 19 ans, j’aurais réagi de la même manière”, a fait savoir Nazon sur son compte Twitter.

Faut-il remarquer, Jean-Jacques Pierre, tout au long de ses dernières sorties, a pris le soin de ne pas citer le nom de Nazon. En ce qui concerne la FHF, qui devait avoir un regard sur les acteurs (sélectionneur et joueurs), elle n’a pipé mot jusqu’à date, laissant ce qui devait être résolu en privé, prend la voie publique.

Les observateurs les plus avisés pensent et exigent évidemment des excuses, mais de toutes les parties concernées par ordre hiérarchique peut-être. De la FHF pour avoir fermé les yeux sur les faits ayant provoqué la crise qui gangrène la sélection, Jean-Jacques Pierre pour ses sortie ponctuée d’idiotie et Nazon aussi pour ses propos irrespectueux à l’endroit du sélectionneur.

Auront-ils le courage de faire un dépassement de soi, diant que la sélection nationale est plus grande que nos intérêts mesquins et nos egos ? Jean-Jacques Pierre se souvient-il qu’il ne reste très peu de temps à passer au sein de l’équipe nationale ? Nazon n’est plus le joueur de 19 ans qu’il était ? Et les membres de la FHF ne sont pas là pour longtemps ?

On suivra de près ce dossier !

Barbarah Bourdeau / Totalmixradio.com

Scroll to Top