FOOT – EXPATRIÉS : CARLENS ARCUS, LE GRAND RÊVEUR, FIER D’ÊTRE HAÏTIEN

Un Grenadier eut à dire un jour haut et fort : ” Depuis que vous êtes né en Haïti, vous êtes automatiquement mené au score (0-1) et pour tirer votre épingle du jeu, il vous faut des sacrifices au quotidien”. Malgré la véracité de cette phrase, le latéral droit de l’AJ Auxerre, né à Croix-des-Bouquets (Haïti), Carlens Arcus se dit : ” fier d’être Haïtien” avant d’évoquer sa carrière de footballeur. Totalmixradio.com vous propose les temps forts de cette interview exclusive accordée par notre ‘grand rêveur’ à BeIn Sport !

” Haiti est une source d’inspiration. J’ai grandi en Haïti et je suis né là-bas. Pour moi, c’est une grande fierté de venir de ce pays là”, tels ont été les premiers mots de Carlens Arcus, invité par nos confrères de BeIN Sport. Il faut croire que très peu d’Haïtiens, vivant en dehors du pays, auront le courage de se positionner ainsi.

Dans cet entretien, le Grenadier ne tarit pas d’éloges à l’égard de sa mère qui, selon ses dires, se sacrifie pour éduquer ses enfants : ” Ma mère, elle a beaucoup travaillé pour que nous, nous ayons une
éducation parfaite à nos moyens,
pour réussir à faire quelque chose
de bien dans la vie”, a-t-il fait remarquer avant d’évoquer sa carrière et avouer qu’il est issu d’un milieu défavorisé.

Tout jeune, Carlens disait à sa manman qui l’empêchait de pratiquer le foot : ” Et si un jour, je me suis rendu au Brésil ou en France ? En réponse, elle m’avait répondu ‘tu es fou quoi !’. Trois ou quatre ans après, je me rendais au Brésil avec l’équipe nationale U15 avant d’effectuer un essai à Troyes (18 ans) en France “, a dévoilé le grand rêveur.

Malgré son statut de joueur indispensable de l’AJ Auxerre (meilleur joueur du mois de janvier et membre de l’équipe type de la 24e journée de la Ligue 2), Arcus continue de croire dans ses rêves.

” J’ai encore des rêves à matérialiser “, a-t-il lancé dans la foulée, mais sans être trop précis dans ses propos.

Abandonné sa mère et ses proches à l’âge de 15 ans (Brésil) avant de se rendre en France (18 ans), Carlens Arcus a avoué qu’il a vécu, à l’époque (hivers), le pire moment de sa vie. Toujours est-il qu’aujourd’hui, il fait notre fierté dans la Ligue 2 française.

Le moins que l’on puisse souhaiter à Carlens Arcus, qui sera au rendez-vous avec les Grenadiers en mars prochain dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022, c’est de parapher un nouveau bail et jouer au plus haut niveau du football européen !

Barbarah Bourdeau/ Totalmixradio.com

Scroll to Top