Un 6e mandat encore à l’unanimité pour Yves Jean-Bart

Le président de la Fédération haïtienne de footbal (FHF), le Dr Yves Jean-Bart, a été réélu, dimanche pour un 6e mandat consécutif à la tête de la Fédération haïtienne de football pour une durée de 4 ans. À l’unanimité. Une unanimité qui fait jaser.

20 voix sur 20 possibles. À la tête de son cartel « En route vers l’excellence », le Dr Yves Jean-Bart est réélu président de la Fédération haïtienne de football pour une durée de 4 ans. Il débute un 6e mandat de suite à la tête de cette fédération, de quoi irriter tous ses détracteurs. Impuissants devant une unanimité aussi criante, certains accusent les journalistes qui parlent d’élections alors qu’il n’y a qu’un cartel sans concurrence en lice, le système électoral, le choix du collège électoral.

D’autres comme le Valencia, par exemple, annoncent qu’ils arrêtent le football à certains niveaux mais qu’ils vont travailler dans le social en assurant la formation footballistique des jeunes. Le fait reste que le règne de Dadou 6 commence et ces accusations  ne vont rien résoudre puisqu’elles ne touchent pas le vrai problème.

Dans un précédent article, on l’avait annoncé dans les colonnes du Nouvelliste. Il n’y avait pas de menace réelle pour le cartel « En route vers l’excellence ». Il n’y avait même pas de risque puisqu’il n’y avait pas d’adversaires. Le seul antagoniste du personnage principal dans ce film n’a fait en réalité que pointer du doigt ce qu’il a apporté comme correction dans le système. En un mot, une autre forme d’encensement. De fait, sa menace de contrecarrer les élections s’est révélée être un feu de paille.

Des causes sans conséquences

La relégation d’Haïti en League 2 des Nations Concacaf n’a pas eu d’impact sur les électeurs. Même l’élimination de l’équipe féminine d’Haïti dans la course à une place aux JO, ou le fait que le contexte n’a pas permis qu’il y ait eu de compétitions dans le pays depuis juin, même le fait que tant d’anciens dirigeants de football dégoutés aient pu tourner le dos à leur sport de prédilection, même les résultats des clubs dans la compétition CFU ou encore le fait qu’il y a tant de grogne dans le football haïtien n’ont pas interrogé les électeurs. Si certains éléments laissent à désirer, le cartel au pouvoir n’y est pour rien. Il a donné le meilleur de lui-même. Les 20 délégués lui ont d’un commun accord accordé 20 voix sur 20 possibles, synonyme de 4 nouvelles années pour conduire le football vers l’excellence.

Supposition sans confirmation

Les électeurs n’ont peut-être pas voulu prendre le risque de confier le bateau à d’autres prétendants capitaines (d’ailleurs, il n’y en avait pas) pour le voir tanguer sur l’eau comme la Fédération haïtienne d’athlétisme ou la Fédération haïtienne de judo qui a vu tant de connaisseurs prétendre faire mieux que feu Roland Roy ou feu Ernst Laraque lorsqu’ils étaient présidents, mais qui, arrivés à la présidence, en font des fédérations sur papier. Mais même s’ils voulaient voter pour un autre candidat comment l’auraient-ils puisqu’il n’y en avait pas ?

Enock Néré

lenouvelliste.com

Publié le 2020-02-03 | Le Nouvelliste

Scroll to Top