Ous Sensei Délance !

Préparation d’Haïti pour les qualifications des Jeux olympiques de Tokyo 2021, formations à l’adresse des cadres techniques et administratifs du karaté haïtien, championnat national, etc…tels sont en résumé les grands rendez-vous à honorer par la fédération de cette discipline pour le reste de l’année 2020.Le président de la Fédération haïtienne de karaté, le sensei Frantz Délance, n’a pas du tout le sommeil très tranquille, à force de penser justement aux différents activités planifiées par la fédération jusqu’à la fin de cette année.
L’une des équations difficiles à résoudre par cette fédération n’est autre la participation du karaté haïtien aux épreuves de  qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo.
Le budget élaboré par la trésorerie dépasse le million de gourdes tenant compte des  nombreuses dépenses allant de la préparation ainsi que l’évaluation des sélectionnés, en passant par la participation aux tournois et championnats qui se déroulent à travers la zone jusqu’à aboutir aux épreuves.
Hormis les qualifications, il y a le championnat national; ajoutez également la venue des experts-instructeurs délégués par la fédération internationale pour la réalisation des séances de formation à l’adresse des cadres techniques et administratifs.
Là encore, le budget soumis par la trésorerie dépasse le million de  gourdes  et la fédération ne sait à quel saint se vouer afin de réunir les fonds nécessaires pour le financement de ces activités.
Ajoutez à tout cela, les qualifications pour les Jeux panaméricains U-21 qui se dérouleront en Colombie l’année prochaine ; qualifications qui se feront à Curaçao au courant du mois de mai 2021
Raison pour laquelle le sensei Délance fait appel à la bonne foi des secteurs concernés pour lui venir en aide en la circonstance.
À la question qui finance les activités de la fédération ? Frantz Délance a répondu que jusqu’à présent c’est le Comité olympique haïtien et Farmatrix qui l’accompagnent, pendant que le secteur public continue à lui faire la sourde oreille quant à répondre d’une manière positive à ses demandes.
Où est la participation de l’État par la voie du ministère des Sports dans cette affaire ?

 

 

 

 

Emmanuel Bellevue

lenouvelliste.com

Scroll to Top