Stade Sylvio Cator : « Les occupants illégaux s’en vont »

Les occupants illégaux de l’environnement immédiat du stade Sylvio Cator ont obtempéré en respectant le délai de 24 heures accordé par le commissaire du gouvernement, Me Paul Éronce Villard, suite à l’intervention du ministre des Sports, accompagné des autorités judiciaires et de la mairie de Port-au-Prince, le lundi 22 avril en cours.

Les démarches entreprises par le ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique pour débarrasser l’environnement immédiat du stade Sylvio Cator de débris de fer et de carcasses de véhicules abandonnés ne sont pas vains. Au contraire, elles commencent à porter ses fruits avec l’évacuation (mardi 23 et mercredi 24 avril) des espaces occupés illégalement.

On a pu remarquer que ce mercredi 24 avril, nombreux sont les garagistes qui ont commencé à vider les lieux en vue de permettre à la firme taïwanaise, OECC, de parachever l’étude topographique des travaux de rénovation à effectuer au stade Sylvio Cator. Que dire des débris de véhicules et fer abandonnés au Port-au-Prince tennis club ? La présence de plusieurs agents de la police, notamment de différentes unités, a été remarquée à l’intérieur et à l’extérieur du stade.   

« Nous sommes là tôt ce matin. Vous pouvez le constater, nous ramassons tous les débris de fer, les carcasses de véhicules et autres…Avant la fin de cette semaine, l’espace doit être laissé vide et clôturé pour éviter tout éventuel retour des occupants illégaux », a fait savoir un représentant de la mairie de Port-au-Prince.  

Certains riverains, voyant les travaux exécutés par les agents de la mairie de Port-au-Prince, en ont profité pour émettre des commentaires. « C’est une très bonne initiative de la part du ministre des Sports. Sans doute, va-t-on avoir enfin un beau stade pour accueillir des étrangers, espère cette dame s’adressant à un cordonnier. Je suis très pessimiste. On verra bien, a répondu ce dernier ».    

Une nouvelle fois présent ce mercredi au stade Sylvio Cator, le ministre Edwing Charles, qui semble faire de cette démarche son cheval de bataille, encourage les autres occupants à continuer de se soumettre aux injonctions des autorités étatiques en vue d’aboutir, ajoute-t-il, à un dénouement heureux de ce dossier et faciliter l’exécution des travaux qui rendront le stade Sylvio Cator conforme aux exigences de la Concacaf.

Toujours est-il que l’on attend le lancement des travaux de rénovation du stade Sylvio Cator, dans lequel Haïti doit accueillir, du 2 septembre au 19 novembre 2019, les équipes de Costa Rica et de Curaçao dans le cadre de la phase de groupe de la ligue des nations de la Concacaf 2020.  

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Scroll to Top