“SO Haïti” lance un SOS

En 2015 à Los Angeles, Haïti avait glané 12 médailles aux Jeux mondiaux spéciaux olympiques. Quatre ans après, la participation d’Haïti à ces jeux, qui se tiendront cette année du 14 au 21 mars à Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis), est pour l’instant compromise. Devant ce triste constat, Nathalie Philippe, présidente de SO Haïti (Special olympics Haïti), appelle à l’aide pour voler au secours d’Haïti.

À environ deux semaines du coup d’envoi des Jeux mondiaux spéciaux olympiques d’été 2019, rien n’est clair pour Haïti qui espère briller en Asie. Visiblement inquiète, la présidente du “SO Haïti”(Special olympics Haïti), prise entre l’enclume et le marteau, craint le pire.

« Nos athlètes, qui sont au nombre de 24, commencent à se préparer de façon régulière depuis plus de trois mois. Ils ont consenti pas mal de sacrifices pour être toujours présents à l’entraînement. Je ne sais comment leur dire que Haïti, en proie à des difficultés économiques, ne pourra pas participer à ces jeux. Qui plus est, s’ils ont raté l’édition 2019, ils devront attendre quatre ans pour espérer prendre part aux prochains jeux », a clairement fait savoir Mme Philippe avant d’évoquer le possible départ de la délégation haïtienne à destination de l’Asie.

« Vous savez que les jeux se tiendront du 14 au 21 mars. Cependant, nous devons y arriver au plus tard le 8, adaptation climatique oblige. C’est pourquoi nous avons pris la décision de quitter Port-au-Prince le 7 mars », a-t-elle expliqué. Elle en a profité pour lancer un appel à tout un chacun pouvant aider Haïti à prendre part à ces jeux.

« Vu l’importance de ces jeux et en tenant compte de la brillante prestation d’Haïti en 2015 dans cette compétition (12 médailles remportées), aucun sacrifice ne serait trop grand pour financer le voyage de la délégation haïtienne. Permettez-moi de faire appel à la société haïtienne afin qu’elle puisse voler au secours de ces athlètes. Tout le monde est concerné : l’État ou encore le secteur privé. Aidez-les à concrétiser leur rêve », a déclaré Nathalie Philippe, qui a fait savoir aussi que le comité organisateur des jeux ne cesse de faire pression sur Haïti.

Son entité sportive, le “SO Haïti”, vise à éliminer les obstacles sur le terrain et en dehors du terrain. Elle se concentre sur la santé et l’éducation des athlètes grâce au pouvoir du sport. Servant des athlètes répartis dans les institutions spécialisées, le “SO Haïti” offre, dans le cadre du programme annuel sportif, entre autres, les pratiques sportives hebdomadaires, des camps d’été, des compétitions nationales, le EKS Day (qui est une journée de célébration annuelle en mémoire de la fondatrice du mouvement).

« Offrir à nos athlètes l’opportunité et les moyens de participer à ces jeux mondiaux, c’est offrir à la société haïtienne la possibilité de mettre en exergue ce groupe de personnes vivant avec une déficience intellectuelle et qui est souvent ignoré particulièrement dans notre société. Le mouvement global de Special olympics utilise le sport comme une plateforme pour véhiculer ce message. Avec notre thème : la Révolution est l’inclusion, nous lançons un appel à toutes les couches de notre société, à nos partenaires du secteur privé ainsi qu’au gouvernement de nous prêter main-forte pour la réalisation de ce rêve », a-t-elle dit en guise de conclusion.

Parallèlement, le “SO Haïti” (Special olympics Haïti), qui s’apprête à célébrer le 50e anniversaire du mouvement olympique, se lance déjà dans une vaste campagne visant à inspirer l’action et à mettre fin à la discrimination à l’égard des personnes ayant une déficience intellectuelle et qui se sont lancées dans la pratique des disciplines sportives suivantes : football, athlétisme, basketball, bocce (pétanque italienne), équitation, volleyball, tennis de table et autres sports unifiés.

Toujours est-il qu’à deux semaines du coup d’envoi des jeux mondiaux spéciaux olympiques 2019 qui se tiendront à Abu Dhabi (14 au 21 mars), la possibilité de voir Haïti, qui devrait en principe présenterr une délégation de 24 personnes (16 athlètes, 7 entraîneurs et responsables de délégation et 1 médecin) est fort compromise. Dans l’attente de confirmer sa participation, Haïti qui était présente en Chine (2007) et en Grèce (2011) et à Los Angeles (2015) devrait prendre part dans les disciplines de football, d’athlétisme et d’équitation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lenouvelliste.com

Scroll to Top