Shogun Igor André fait le point sur les activités de Dojodai

Dojodai est une association de karate shotokan et d’aikido créée en 2008 qui est très vite devenue un leader incontesté dans l’enseignement et la pratique du karate en Haïti, notamment grâce aux succès répétés des tournois qu’elle organise tous les ans depuis 2010. Dojodai compte aujourd’hui 1 611 pratiquants (516 filles et 1 095 garçons) répartis en 12 dojos dans la zone métropolitaine. Nous avons pu rencontrer le directeur de Dojodai, le Shogun Igor André, qui a bien voulu répondre à nos questions.

 

Le Nouvelliste : Faites-nous le résumé des activités de Dojodai pour cette année 2019 ?

Shogun Igor André : La fin de l’année scolaire 2017-2018 nous avait exposé à beaucoup d’imprévus à cause des évènements de juillet 2018. Nous avions établi le programme de cette année académique (2018-2019) avec beaucoup de réserves. Nos inquiétudes se sont concrétisées, car cette année le système éducatif, avec lequel nous travaillons en étroite collaboration, n’a pas eu un seul moment de répit. Cela fait que nous avions dû pendant le premier trimestre scolaire renvoyer plusieurs activités ainsi que la célébration des 10 ans de Dojodai qui était prévue pour le 1er décembre 2018. Pour 2019, nous n’avons pour l’instant que cinq activités avec dates confirmées :1) SMF (Shotokan Masters féminin, 2e édition), 16 mars, c’est un tournoi de karaté shotokan exclusivement pour les filles que nous réalisons autour de la journée internationale des droits des femmes ; 2) SMD (Shotokan Masters Dojo, 3e édition), 23-24 mars qui est un tournoi qualificatif interne de karaté pour faire émerger les sélections dans chaque dojo ; 3) la soirée de célébration des 10 ans Dojodai, prévue pour le samedi 30 mars (salle Frank, Hotel Montana, à partir de 16h) ; 4) SMI (Shotokan Masters Insterscolaire, 6e édition), 4 mai, qui est un championnat de karaté interscolaire qui prend de plus en plus d’ampleur (voir les statistiques); 5) SM (Shotokan Masters, 7e édition), 6-7 juillet, qui est l’activité-phare de Dojodai. C’est un tournoi interassociation de karaté où toutes les associations issues des quatre coins du pays participent chaque année.

LN : Il était question de l’organisation du fameux « prix du Guerrier de la Lumière » en décembre 2018 lors de la célébration des 10 ans de Dojodai, qu’est-ce qui est prévu en ce sens ?

SIA : Nous avons dû renvoyer la date. Si les véritables, éternels et omnipotents dirigeants du pays nous accordent cette grâce à nous, misérables mortels, nous aurons la 2e édition de ce prix quinquennal samedi 30 mars 2019 à l’hôtel Montana au moment du gala des 10 ans de Dojodai.

LN : « Prix du Guerrier de la Lumière », parlez-nous un tout petit peu de ce fameux prix ?

SIA : Tout d’abord, on peut voir que les mots de l’expression semblent même contradictoires, car un « guerrier » est un homme de guerre, un soldat dont le but principal et la finalité réelle sont de conquérir, voire de donner la mort. Et, d’un autre côté, dans le concept de « Lumière », on voit tout d’abord ce qui éclaire, qui rend les choses visibles, mais qui sous-entend aussi tout ce qui est vrai, bien, bon, intelligent, compassion, sagesse, amour et équanimité. Dans les arts martiaux dignes de ce nom et bien enseignés par un bon professeur, le but est d’amener le pratiquant à une amélioration progressive de son caractère et de former un homme au cœur droit. Le but de ce prix quinquennal du « Guerrier de la Lumière » est d’honorer des personnalités qui contribuent inlassablement à l’épanouissement des enfants et de la jeunesse haïtienne, non seulement au niveau du karaté shotokan et de l’aikido, mais aussi dans d’autres sphères comme l’éducation académique, le sport en général et la presse sportive. En décembre 2013, lors de la célébration de nos cinq ans, nous avions lancé ce prix pour honorer des personnalités qui œuvrent depuis au moins 25 ans dans certains domaines bien précis. Les récipiendaires étaient Lionel Robert Abellard, Joicéus Nader et Nolly Jules pour le karaté shotokan, Évins Joseph pour l’aikido, Guy Étienne pour l’Éducation, Élisabeth Hérissé (Volley-Ball) pour le Sport et Raphael Féquière pour la Presse Sportive.

LN : Donc, déjà pour ce début d’année, Dojodai prévoit 4 tournois et championnats, un gala d’anniversaire pour ses dix ans d’existence incluant la célébration du «prix quinquennal du Guerrier de la Lumière», comment ça se passe sur le plan financier? Comment est-ce que Dojodai compte s’y prendre pour trouver les fonds nécessaires ?

SIA : Ce premier quart d’année s’est révélé être une véritable catastrophe sur tous les points pour tous les secteurs, et ce n’est pas fini : car l’ombre d’autres troubles planent sur nos têtes. Malgré tout, la Perle S.A. , qui est la première compagnie haïtienne de produits d’entretiens et qui accompagne Dojodai depuis le printemps 2012, a pu consentir d’énormes sacrifices pour nous aider avec une partie de la réalisation de nos activités. Mais, pour arriver à trouver le reste des fonds nécessaires, nous avons lancé une levée de fonds sur internet comme en 2016. Pour faire un don, il suffit de se rendre sur le site www.dojodai. com à partir d’un téléphone intelligent, d’une tablette ou d’un ordinateur et cliquer sur « faire un don (donate en anglais) », c’est sécuritaire et ça prend moins de deux minutes. Avec suffisamment de contribution nous espérons pouvoir réaliser les tournois de karaté des enfants.

LN : Qu’en est-il des formations au niveau des cadres techniques et administratifs prévus pour 2019 ?

SIA : Nous avons des experts japonais, vénézuéliens, américains, dominicains et grecs qui attendent notre confirmation afin de revenir encore en Haïti animer des séminaires et camps de karate shotokan et d’aikido. Mais nous sommes incapables de confirmer avec eux à cause du climat très volatiles, d’instabilité socio-économico-politique. Ça s’annonce être une année très pauvre pour Haïti en termes d’échanges avec l’étranger.

LN : Qu’avez-vous à dire comme mot de la fin ?

SIA : Merci pour cet entretien et l’opportunité de partager les infos sur notre levée de fonds. Je souhaiterais aussi signaler aux lecteurs qu’ils peuvent suivre Dojodai sur les réseaux sociaux aux adresses: Facebook.com/dojodai, Instagram.com/dojodai, YouTube.com/dojodaiet Twitter.com/dojodai

 

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Emmanuel Bellevue

lenouvelliste.com

Scroll to Top