Gold Cup 2019 : Haïti, attention danger !

À moins d’un mois de son premier match dans la Gold Cup 2019 face aux Bermudes, le 16 juin à San Jose (Costa Rica), la sélection haïtienne, à en croire les propos du président de la FHF, est en grand danger. En proie à d’énormes difficultés financières, l’entité qu’il dirige se tourne déjà vers un prêt auprès de la FIFA et la Concacaf pour éviter, précise-t-il, une catastrophe qui est déjà en gestation.

« Notre sélection nationale doit avoir la meilleure préparation possible pour faire un grand retour sur la scène internationale. Vous savez, il faut être au top pour disputer cette compétition qui se tiendra dans trois pays, dont les USA, un pays très vaste avec de longs déplacements. Que dire du format à seize équipes de cette Gold Cup et 12 villes qui auront à accueillir des matches? », a déclaré Yves Jean-Bart, qui en a profité pour confirmer que les Grenadiers auront à disputer trois matches amicaux avant la tenue de la Gold Cup (15 juin au 7 juillet).

« Nous planifions d’entrer en préparation dès le 26 mai. Nous avons choisi des adversaires difficiles : le Salvador, le 2 juin à Washington ; le Chili, chez lui, le 6 juin, et probablement un dernier match à huis clos au Costa Rica face à la Guyane avant d’affronter les Bermudes pour notre premier match dans la compétition. Au fait, ce sera une coûteuse préparation conduite par des spécialistes haïtiens, américains et français. Si nous trouvons les moyens, nous allons établir un plan de travail ambitieux pour un tournoi difficile », a-t-il confirmé avant d’évoquer l’accord liant la FHF et l’État haïtien.

« En 2018, nous avons envoyé à l’État haïtien, conformément aux accords de subventions signés avec nous, un budget pour le cycle 2019-2022. Nous avons aussi envoyé, et ce depuis mars, le budget spécifique de la Gold Cup 2019. Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de réponse. Dans ce petit jeu, point besoin de parler de suivi. Qui plus est, même pas de promesses. Comme le 16, il fallait nous inscrire, on se met en mode d’extrême urgence pour tenter d’éviter la catastrophe que serait un forfait qui signifierait, en plus de l’exclusion du tournoi, un bannissement international. Face à cette situation, des joueurs alarmés ont offert de partir en campagne, ce que nous refusons », a révélé Yves Jean-Bart qui a déjà opté pour un prêt vers la FIFA et le Concacaf.

La FIFA et la Concacaf vont-elles voler au secours d’Haïti ?

« Entre-temps, nous avons envoyé une demande de prêt à la FIFA et la Concacaf. Mais, les premiers feed-back ne permettent pas d’être confiants parce que nous avons des dettes cumulées remontant à Russie 2018. Et depuis, ce sont ces instances qui payaient de nombreux voyages pour nos équipes de jeunes et les éliminatoires du dernier mondial des Grenadiers », a-t-il précisé. Toutefois, avec des arguments solides, il a pu défendre la cause d’Haïti.

« Nous sommes encore revenus à la charge en plaidant la situation du pays lors de la réunion de la FIFA, tenue cette semaine à Guyana, en mettant en exergue nos réalisations, les bons résultats de nos sélections ; la bonne tenue de nos championnats ; la progression de l’arbitrage ; notre politique de développement avec les académies fédérales ; notre gestion avec des audits et rapports corrects ; des contrôles stricts de ces institutions toujours propres ; la réalisation à temps de nos projets,impressionnent les autorités de la FIFA et de la Concacaf. Cependant, le zéro apport fonds propres, ne fait que les décourager, et peut-être, ces donateurs se demandent jusqu’où devraient-ils nous aider », s’interroge le Dr du football qui promet de se rendre à Miami pour tenter convaincre les responsables de l’instance suprême du football de la région.

« Je vais à Miami ce week-end au bureau de la Concacaf. Mais, nous sommes en droit d’être inquiet, car la préparation est dans moins d’une semaine : visas, voyages dans quatre pays…on n’a plus de sommeil », a laissé entendre Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de football.

Si tout se passe bien, Haïti, qui avait atteint à trois reprises (2002, 2009 et 2015) les quarts de finale de la Gold Cup, disputera ses trois matches dans cette compétition face aux Bermudes le 16 juin ; au  Nicaragua le 20 juin et au Costa Rica le 24 juin.

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Scroll to Top