Ce qu’il faut retenir de 2018

Haïti a été très présente sur la scène internationale. Elle a entre autres participé au mondial féminin U-20 de la FIFA en France, aux jeux de Barranquilla en Colombie, aux Jeux olympiques de la jeunesse en Argentine. Que dire des compétitions organisées par les différentes fédérations ? Revenons sur les faits qui auront marqué l’année 2018 !

 

Une 3e équipe haïtienne a participé à une phase finale de Coupe du monde

Tout a commencé par la qualification historique des jeunes Grenadières, victorieuses du Canada (1-0) grâce à un but de Sherly Jeudi, le 28 janvier à Trinidad-and-Tobago pour disputer la phase finale de la Coupe du monde féminine U-20 de la FIFA, France 2018. Après un tournoi de Sud Ladies Cup vite à oublier en juin, Haïti, bien qu’elle n’ait gagné aucun match, a fait forte impression contre la Chine (1-2), le Nigéria (0-1) et l’Allemagne (2-3). Nérilia Mondésir (3 buts) et Melchie Daëlle Dumornay dit Corvintina auront marqué les esprits durant tout le tournoi.

Mondial des amputés : Haïti et Redondo étonnent plus d’un

Pour sa troisième participation à une phase finale de Coupe du monde des amputés de football disputée au Mexique du 23 octobre au 5 novembre, la sélection haïtienne, qui avait remporté six de ses sept rencontres jouées, a étonné plus d’un en faisant un sans-faute en phase de poule avant de voir son rêve détruit par la Pologne (2-1) en huitièmes de finale. Si Haïti (15 buts pour et 8 buts contre) ne terminait qu’en 9e position sur 16 pays, Redondo el principe Richard avait raflé le soulier d’or récompensant le meilleur buteur de la compétition avec 9 buts.

L’ASC : meilleure équipe de l’année

Le titre honorifique de meilleure équipe de football en 2018 est attribué à l’AS Capoise, lauréate le 29 mai du tournoi d’ouverture devant l’AS Mirebalais (0-0 et 1-0), après avoir fait mainmise sur la première partie de la saison régulière (34 points). En tout, le Vieux coq capois affiche les chiffres suivants : 19 matches, 12 victoires, 6 nuls, 1 défaite, 26 buts marqués et 10 buts encaissés. S’il restait sur un tournoi de fermeture vite à oublier (18 points), le club capois s’est adjugé le trophée des champions, le 30 décembre au parc Saint-Victor en battant le Don Bosco FC (1-0) grâce à un but du Marc Robenson Beldort. Avec 52 points, l’AS Capoise a réalisé le plus grand nombre d’unités que n’importe quelle autre équipe.

Don Bosco FC, la jeunesse au pouvoir !

Après avoir renvoyé des joueurs cadres de son effectif (Porky Thermidor, Waldo Vernet, Peterson Desrivières, Samuel Mardochée Pompée, Dumy Fédé, Benchy Estama, Kerlins Georges), le Don Bosco FC de Pétion-Ville a surpris tout le monde en s’adjugeant, le jeudi 27 décembre au parc Levelt, le titre de champion du tournoi de fermeture du championnat haïtien de football professionnel.

Le Violette AC, trois ans après

Le Violette AC revient en D1 par la grande porte, trois ans après l’avoir quittée en 2015. Pour y parvenir, le doyen des clubs de la Caraïbe, du haut de ses 100 ans (15 mai 1918 – 15 mai 2018), a survolé le championnat national d’ascension en engrangeant plus de 40 points au terme de la saison régulière. Dans la phase des play-offs, le Violette AC, qui avait battu l’Éclair FC de Petit-Goâve (3-0), tenu en échec (1-1) par l’Aigle Noir AC, allait pulvériser l’AS Aquin (4-0) rien qu’en première mi-temps. Ce dernier, dépassé par les évènements, avait abandonné le parc Levelt. Endeuillé par la disparition de son mythique président, le Dr Jean-Marie Fritz Henri, le Vieux lion n’a laissé aucune chance à l’America FC des Cayes, battu (2-0) au stade Sylvio Cator, le jeudi 27 décembre, pour refaire son come-back parmi l’élite du football haïtien. Trois jours après, soit le 30 décembre, le Violette AC, champion national en D1 en 1993 et 1999, en a profité pour ajouter un nouveau trophée à son palmarès, car il avait corrigé le Triomphe de Liancourt (2-0) avec un doublé du meilleur buteur de la D2, Peterson Jr Joseph (21 buts).

CFU Championship 2018 : Un petit tour et puis s’en va pour le Real Hope FA

Du 31 janvier au 4 février, le benjamin des clubs capois, le Real Hope FC, avait participé pour la première fois de son histoire au CFU Championship. Auréolés du titre de champion du tournoi d’ouverture 2017, les Rhinocéros, qui avaient surpris l’équipe locale W Connection (1-0), allaient perdre tour à tour face à Pantoja (3-0) et Arnett Gardens (4-0). Le Real Hope FC, qui allait remplacer Sonche Pierre par Rosemond Pierre, quittait la CFU Championship par la petite porte.

Haïti revient dans la Gold Cup

Au nombre des 16 pays qui auront à disputer l’édition 2019 de la Gold Cup, Haïti sera bel et bien là. En effet, après deux années sabbatiques, Haïti, qui se faisait humilier par le Nicaragua (3-0, 28 mars 2017), a pu retrouver son football. Les Grenadiers, qui restent sur trois matches et trois victoires – Saint-Martin (13-0, 10 septembre), Sainte-Lucie (2-1, 16 octobre) et Nicaragua (2-0, 17 novembre) doivent affronter Cuba le 24 mars 2019 au stade Sylvio Cator pour compléter la phase de poule. En cas de nouveau succès, Haïti (103e au ranking de la FIFA et 11e de la Concacaf) fera son entrée dans l’élite de la Ligue des nations de la Concacaf. On retiendra qu’en 2018, Haïti a disputé cinq rencontres. Aux trois matches de la Ligue des nations, il faut ajouter les deux rencontres amicales jouées contre l’Argentine (0-4, 29 mai) et Salvador (0-1, 20 novembre).

Vanessa Clerveaux sauve Haïti aux jeux de Barranquilla

Du 24 juillet au 5 août, en Colombie, Haïti participait aux Jeux centraméricains et caraïbes, dénommés jeux de Barranquilla. Si la sélection masculine haïtienne de football U-20 avait échoué au pied du podium (4e), et que l’on retiendra qu’une participation honorifique pour le basket-ball, le volley-ball, le tennis de table, le judo entre autres, c’est Vanessa Clerveaux (24 ans) qui avait sauvé les meubles pour Haïti. Au fait, le 31 juillet, elle avait pris la deuxième place de la finale de 100m/haies devancée par la Costaricienne Andrea Vargas (1ere ) alors que la Jamaïcaine Jeanine Willimas ne termine qu’en troisième position. Elle a ainsi offert la seule médaille (argent) à Haïti dans ces jeux.

Mateo Philippe Coles en or

Grande première pour Haïti aux Jeux olympiques de la jeunesse. En Argentine, le 9 octobre, Mateo Philippe Coles, membre de l’équipe d’équitation de l’Amérique, vire en or au terme d’un tournoi réunissant les cinq continents. L’athlète de 16 ans a ainsi offert la médaille à son pays.

Wilde-Donald Guerrier plus fond dans l’histoire

Présentement, on l’annonce en Angleterre au sein de l’équipe de Leicester (premier league). Il est, jusqu’à présent, le seul joueur natif d’Haïti a avoir disputé la lucrative compétition européenne, la Ligue des champions (2017-2018). Avec FK Qarabag, il a aussi disputé la phase de poule de la Ligue Europa (2018 – 2019). Sacré champion d’Azerbaïdjan avec son club, Wilde-Donald Guerrier, en décembre dernier, a été désigné meilleur joueur étranger du championnat de l’Azerbaïdjan.

37 ans après, Haïti dispose d’une sélection de basket-ball

Les responsables de la Fédération haïtienne de basket-ball, qui avaient pris les rênes de cette entité le 19 décembre 2015, avaient consenti beaucoup de sacrifices pour arriver à mettre en place une sélection de basket-ball. Pour la première sortie de cette sélection au tour préliminaire de l’Americup 2021, tenu en Surinam du 24 au 30 juin, Haïti, qui avait tout raflé sur son passage (5 matches et 5 victoires), a été disqualifiée au grand dam des dirigeants du bureau fédéral.

Invitée par ailleurs à prendre part à la première édition de la Coupe Hispaniola de basket 3×3 en République dominicaine, la sélection haïtienne a surpris son petit monde en raflant le titre de champion en battant la sélection locale (12-10), finaliste aux jeux de Barranquilla, en présence de l’expert instructeur de la FIFA, Angel Martinez.

Naomi Osaka accueillie comme une reine en Haïti

Du 6 au 10 novembre, la gagnante de l’US Open en battant Serena Williams en finale, Naomi Osaka, a visité le pays pour la deuxième fois après 2017. Elle a été accompagnée de sa sœur aînée Mari, sa mère Tamaki et son père Maxime Léonard François. Après un périple (Port-au-Prince, Jacmel et Cap-Haïtien), elle a été désignée par le président de la République Jovenel Moïse ambassadrice de bonne volonté d’Haïti.

Le bodybuilding offre une médaille or à Haïti

Du 23 au 25 février, en République dominicaine, Jean Luc De Ganot a participé au Diamond Cup de la Caraïbe. Au terme de cette compétition, il est sorti champion des champions de toutes les catégories . Il a eu sa médaille dans la catégorie men’s physique en + 179 kg.

Volley-ball vire en argent

À côté du football, le volley-ball fait partie des fédérations les plus actives du pays. Invitée à prendre part à la 11e édition du tournoi régional de la Cazova au Surinam, la sélection masculine U-21 d’Haïti s’est hissée en finale. Cependant, elle n’a pas pu arracher la médaille d’or face à la Barbade qui l’a battue trois sets à zéro : 25/10, 25/17 et 25/15. Malgré tout, Jean Philippe Bayol a été désigné meilleur marqueur et meilleur attaquant du tournoi et son capitaine Dimitri Dumay a raflé le trophée de meilleur serveur de la compétition.

Cyclisme : le président de l’Uci a visité Haïti

Le président de l’Union cycliste internationale (UCI) David Lappartient a séjourné en Haïti du 9 au 11 octobre. Il était accompagné de quatre personnes. Après avoir visité le centre Sport pour l’Espoir d’Haïti, il a pris la décision d’attribuer l’organisation du championnat de la Caraïbe 2019 à Haïti.

Une belle année 2018 pour la FHF

Avant les joutes de janvier 2020, qui marquera peut-être la fin du règne du Dr Yves Jean-Bart aux commandes de la FHF (2000 – 2020), la FHF a eu son assemblée générale à Mirebalais. Si Ernso Laurence a déclaré son intention de prendre les rênes de la FHF, au sein de l’équipe au pouvoir, personne n’a osé lever le petit doigt. Dans la foulée, la FHF, via sa direction technique nationale dirigée par Winer Étienne, a organisé un cours (27 octobre au 2 novembre) destiné aux entraîneurs des équipes féminines. Ce cours était animé par l’experte Belge Anne Noë. Parallèlement, du 29 octobre au 2 novembre, à l’hôtel Visa Lodge, Haïti a accueilli un cours d’arbitrage multinational avec la participation de 68 arbitres, 12 Français d’outre-mer et 16 filles, dont 14 Haïtiennes.

AS Tigresses puissance 6

Pour la sixième fois consécutive, l’AS Tigresses s’est adjugée le trophée récompensant l’équipe championne du championnat haïtien de football féminin. En finale, les coéquipières de Daëlle Melchie Dumornay, dit Corventina, meilleure buteuse de la compétition avec 25 buts en 9 matches, ont laminé l’Anacaona (5-2). Corventina, qui s’était rendue en France, pour effectuer un essai au sein du plus grand club féminin du monde, l’Olympique Lyonnais, s’est fendu d’un quintuplé. Le soulier d’or de la Concacaf U-17, nominée au même titre que Kerly Théus, Marc Collat, Duckens Nazon pour les awards de la Concacaf, a fait une saison 2018 stratosphérique.

Arcahaïe FC laisse filer le titre

Avec 16 points au tournoi d’ouverture, l’Arcahaïe FC était condamnée à l’exploit au tournoi de fermeture. Avec Kenel Thomas à la baguette, les Archelois ont fait, durant la phase régulière de la deuxième partie de la saison, ce qu’aucune équipe n’avait pu réalisé depuis l’adoption de ce format en 2000. Avec 35 points, ils ont fini en tête du classement avant d’éliminer au passage en demi-finale le Real Hope FA (2-0 et 1-0). Contre le Don Bosco FC, après deux matches nuls : (0-0 au parc Sainte-Thérèse ; 0-0 au parc national du drapeau et même score après les prolongations, tirs aux buts 5-5), l’Arcahaïe allait perdre le titre (2-1) le 27 décembre au parc Levelt de Saint-Marc.

 

 

 

 

 

 

 

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Scroll to Top