Kénelt Léveillé et Jean-Pierre Romel aux congrès de l’UCI et L’UFC

Respectivement président et vice-président de la Fédération haïtienne de cyclisme (FHC), Kénelt Léveillé et Jean-Pierre Romel, seront les personnalités à représenter le cyclisme haïtien aux congrès de l’Union internationale de cyclisme (UCI) et de l’Union francophone de cyclisme (UFC).

Pour le vice-président Jean-Pierre mandaté par Kénelt Léveillé à le représenter au congrès de l’UFC, ce sera l’occasion de parler des problèmes de toute sorte qui empêchent le développement du cyclisme en Haïti et soumettre également la candidature de Kénelt Léveillé qui entend renouveler un nouveau mandat comme conseiller à l’UFC.

Quant à Kénelt Léveillé, ce sera pour lui l’occasion de rencontrer les membres de l’UCI, ajoutez certains pays membres pour qu’ils puissent venir en aide à la FHC dépourvue totalement de moyens financiers, d’équipements et de matériel.

À une question sur ce qu’il va discuter au congrès de l’UCI, le titulaire de la fédération a fait état du suivi de la formation pour apprentis cyclistes déroulée les 1er et 2 septembre en cours, au Centre Sport pour l’Espoir.

Le budget de ces formations élaborées par la direction technique nationale et qui doivent se dérouler à travers les dix départements géographiques du pays s’élève à plus d’un million de gourdes et la fédération ne sait à quel saint se vouer pour assurer le suivi de ces formations quand on sait que l’objectif n’est autre que de travailler à l’émergence d’une nouvelle génération capable de représenter valablement le cyclisme haïtien aux compétitions internationales.

L’important et brûlant dossier qu’aura à traiter Kénelt Léveillé ne sera autre que la visite du président de l’UCI, le Français David Lappartient, ainsi que la candidature de notre pays à organiser la «TOUR d’HAITI» qui verra concourir les cyclistes du terroir, de la diaspora et de l’étranger.

Cette compétition de gros calibre-une idée du président de la FHC-caressée depuis fort longtemps est toujours reportée faute de moyens financiers et surtout les secteurs concernés (public et privé) qui font jusqu’ici la sourde oreille aux demandes de la fédération de répondre à l’énormité des fonds que nécessite la réalisation de cet évènement majeur.

Kénelt Léveillé saisira l’opportunité pour faire d’une pierre trois coups : planifier avec l’UCI Ia visite d’inspection de David Lappartient en Haïti et trouver le financement pour la réalisation du «TOUR d’HAITI» et, pour finir, assurer le suivi du déroulement des formations pour apprentis cyclistes à l’échelle nationale.

Le grand problème n’est autre à trouver et s’asseoir avec un ou des responsables du gouvernement question de discuter sur leur contribution afin de rendre possible la visite du président de l’UCI, David Lappartient.

Mais tout cela doit se faire dans les plus brefs délais puisque le président Kénelt Léveillé doit normalement prendre l’avion d’ici le début de la dernière semaine du mois de septembre pour prendre part au congrès de l’UCI fixé pour le 28 septembre 2018.

«Je m’attends à ce que l’État haïtien réponde d’une manière positive à ma requête et parvienne à contribuer pour rendre possible cette visite du président de l’UCI qui sera très bénéfique aussi bien pour le cyclisme haïtien que pour le pays», dixit Kénelt Léveillé.

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Bellevue

lenouvelliste.com

kodekings

Read Previous

Haïti devra sortir le Costa Rica

Read Next

Est-ce bienséant ?

en_USEnglish