Le ministre Evans Lescouflair au centre d’un présumé double scandale sexuel


Cinq Sénateurs de l’opposition pressent le Président René Préval d’autoriser la justice à interroger son ministre de la jeunesse et des sports accusé de pédophilie et viol par un adolescent de 16 ans et un homme qu’il aurait menacés de mort ; les parlementaires jugent inacceptable le mutisme de l’Exécutif face à une affaire aussi grave malgré une démarche entreprise par le parquet depuis environ un mois ; pas de réaction de M. Lescouflair ni du gouvernement pour l’instant
Cinq Sénateurs de l’opposition appartenant au groupe minoritaire à la Chambre haute ont appelé mercredi le Président René Préval à mettre à la disposition de la justice son ministre de la jeunesse et des sports, Evans Lescouflair, contre qui deux plaintes pour viol présumé sur un mineur et un homme ont été déposées au parquet de Port-au-Prince.

Youri Latortue (AAA/Artibonite, nord), Mélius Hyppolite (OPL/nord-ouest), Edmonde Supplice Beauzile (Fusion/Centre), Jean William Jeanty (KORENIP/Nippes, sud-ouest) et Jean Willy Jean-Baptiste (AAA/Artibonite) ont adressé une requête au commissaire du gouvernement, Me Harrycidas Auguste, pour s’informer de l’avancement de la procédure judiciaire prévue en la matière.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à l’occasion de leur retour sur le site du Palais Législatif, détruit lors du séisme du 12 janvier, les parlementaires ont jugé anormale qu’aucune suite n’ait été donnée aux graves accusations portées contre le ministre Lescouflair par un adolescent de 16 ans et un homme d’une trentaine d’années.

Ils ont été identifiés au cours de la conférence, mais nous tairons leurs noms pour des raisons d’ordre éthique.

Au cours de présumés actes homosexuels séparés, l’officiel aurait brutalisé et menacé de mort les deux plaignants avant de les contraindre à avoir des relations intimes avec lui.

“Il faut que cette situation soit tirée au clair. Car, il est anormal que le pouvoir continue de garder le silence là-dessus”, s’est emporté le Sénateur Youri Latortue révélant qu’une correspondance adressée au Président Préval, depuis le mois dernier, par le chef du parquet est restée sans réponse.

En vertu de la législation en vigueur, le parquet est tenu de solliciter l’autorisation du chef de l’Etat pour pouvoir interroger un membre de l’Exécutif et, éventuellement, exercer des poursuites judiciaires contre lui.

Se félicitant du traitement réservé au dossier par le commissaire Harycidas Auguste, Youri Latortue soutient que les présumées victimes ont acheminé aux autorités judiciaires des pièces à conviction accablantes, dont des certificats médicaux et photos montrant les violences sexuelles caractérisées que M. Lescouflair aurait exercées contre elles.

Très proche du chef de l’Etat, le ministre de la jeunesse, des sports et de l’action civique n’a pas encore réagi à ces accusations de pédophilie, viol et menaces de mort.

Ses collaborateurs contactés mercredi ont affirmé qu’il séjourne actuellement à l’étranger.

Pas de déclaration officielle non plus du gouvernement que cette affaire, vraie ou fausse, risque d’éclabousser.

www.radiokiskeya.com

Scroll to Top