Football: Construction ou reconstruction du football haïtien ?

Au moment où le discours porte sur les grands chantiers de la reconstruction du football haïtien après le séisme et l’espoir d’un renouveau du sport local, le système d’éclairage du stade Sylvio Cator ne fonctionne pas comme il faut, les sélections nationales A (masculine et féminine) n’ont plus d’entraîneurs à moins de trois mois de leur entrée en lice, le coup d’envoi des compétitions féminines annoncé à la mi-août se fait attendre comme la compétition nationale en catégorie U-15. Pourtant le responsable du football haïtien croit qu’il y a de quoi être fier. Interview avec Yves « Dadou » Jean-Bart.

Le Nouvelliste : Monsieur le président, vous retouchez le stade et le système d’éclairage reste défectueux. Alors ?

Yves Dadou Jean Bart : Le système d’éclairage est vieux de quarante ans et souffre du désordre qu’il y a dans le système électrique à cause des prises clandestines qui fait rage dans la zone. Nous envisageons de le refaire à la longue et nous menons des démarches au niveau international pour trouver un nouveau système qui soit plus moderne et plus durable.
En attendant, nous envisageons de patcher les projecteurs de ce pylône pour qu’ils puissent s’allumer rapidement. Cependant, ce sera un travail en vue d’une exploitation temporaire, car nous savons que cela n’offre pas de grosse garantie. Nous avons une compagnie chinoise, Yongli Solar, qui nous a proposé d’installer un système d’éclairage à base d’énergie solaire moyennant que nous leur faisons parvenir les plans du stade et toutes les informations nécessaires sur le fonctionnement des réseaux de distribution électrique dans la zone afin de savoir quoi en faire. Nous sommes en train de leur préparer un dossier .

L.N.: Lors de l’inauguration de l’informatisation de la Fédération par la Digicel, le directeur technique de la Fifa, Jean Michel Benezet, avait promis que d’autres travaux devraient commencer. Qu’en est-il ?

YDJB : Les Allemands de la chaîne de télévision Sat I qui ont à construire une accadémie de football pour nous avec l’argent recueilli lors du match amical qu’ils avaient organisé en février vont revenir le 29 août. Ils étaient venus pour une première observation et recueillir les plans, ils vont revenir pour entamer les travaux sous peu. Ils veulent tout terminer afin de procéder à l’inauguration de l’Académie de football le 12 janvier 2011. Trois nouveaux bâtiments sont en passe d’être finis au Centre Goal, un pour les garçons, un pour les filles et un autre pour les entraîneurs. Les réfections des murs d’enceinte et les réparations des anciens bâtiments sont en cours.

L.N : M Benezet avait promis aussi la construction d’un nouveau local pour la Fédération avec une partie des 3 millions de dollars donnés par la Fifa, qu’en est-il?

YDJB : La pose de la première pierre de cet édifice sera effectuée lors de la visite du président de la FIFA, Sepp Blatter, en septembre prochain. La construction va faire l’objet d’un contrat entre la FIFA et la compagnie qui effectuera la construction. Il faudra seulement que cela se fasse dans le respect des normes de la Fifa et le projet goal. Je suppose que ce bâtiment devrait être terminé en janvier prochain.

L.N : Est-ce la même compagnie qui a réalisé le projet Goal II puisque, selon le secrétaire général de la Fédération, vous n’étiez pas satisfait des travaux exécutés dans le cadre de ce projet ?

YDJB : Nous n’étions pas satisfaits du temps qu’ils avaient mis dans l’exécution de ce projet. Ils n’avaient pas respecté leur délai et nous n’étions pas satisfaits de l’état d’avancement des travaux. La compagnie nous avait expliqué leur retard par le fait qu’elle avait une tranche de fonds à recevoir de la FIFA pour continuer.
Ensuite, nous avons observé que les travaux offraient un plan disharmonieux, vu que chaque plan était réalisé par une compagnie différente. Ce qui nous a porté à avoir une seconde raison de faire stopper momentanément les travaux. Nous avons demandé à la FIFA d’avoir un plan d’ensemble plus harmonieux afin d’avoir un projet goal plus fonctionnel. Maintenant, les travaux sont en cours.
En plus, la FIFA souhaitait que nous ayons trois terrains règlementaires ici or nous avons deux et le 3e ne peut pas l’être pour le moment actuel vu l’espace dont nous disposons. Les instances de la FIFA sont en train de négocier avec le Ministère pour l’obtention d’un petit triangle de terrain afin que nous puissions avoir la surface nécessaire à rendre le 3e terrain règlementaire. Pour cela, ils offrent de contribuer à d’autres initiatives du Ministère des Sports en échange de ce petit triangle de terrain qui nous aidera à devenir plus fonctionnel.

L.N : Qu’en est-il des fonds basés sur les recettes des matches amicaux disputés dans le monde entre mars et juin avant la coupe du Monde ?

YDJB : Nous n’avons reçu aucune information sur les 2 + 2% des recettes matches amicaux. J’espère en avoir plus d’informations ce concernant quand je me rendrai au siège de la Fifa en octobre prochain car certains de ceux qui devraient s’occuper de nous ignoraient tout de cette question.

L.N : Depuis le séisme on n’a réuni que sporadiquement les joueurs de la sélection nationale, Jaïro Rios Rendon est très critiqué, beaucoup de rumeurs circulent sur vos autres sélectionneurs et pourtant rien n’est dit ?

YDJB : Aucun entraîneur ne fait l’unanimité dans le monde. Nous avons fait un effort de mobiliser nos sélections dès février, ensuite le tourbillon de la Coupe du monde et le coup d’envoi de la compétition nationale. Cependant, nous avons eu une longue journée de travail avec Miguel Trujillo, nous avons pris contact avec les différents joueurs qui ont prolongé leurs vacances et nous devrons prendre des dispositions que vous connaitrez en temps et lieu surtout avec notre nouveau partenaire « Viva Rio ».

N : Viva Rio c’est quoi ?

YDJB : C’est une ONG brésiliene qui signe un contrat de partenariat avec la FHF qui implique la formation des jeunes, la formation des cadres, la formation des entraîneurs. Nous avons rencontré pas mal de dirigeants du football brésilien lors de notre récente visite au Brésil dans ce cadre et nous comptons en parler plus en détail lorsque nous rendrons ce partenariat public.

L.N : Y aura-t-il de l’argent pour le football haïtien dans ce contrat ?

YDJB : Pas directement, il y aura surtout des aides qui valent de l’argent dans le cadre du développement du sport haïtien du football haïtien dont les stages techniques, les opérations, les entraineurs brésiliens nous aideront, une académie de « Viva Rio » sera inaugurée lors de la visite du président Blatter, autant d’initiatives qui seront bénéfiques pour le football haïtien.

L.N : Selon vous le football d’Haïti s’est fait connaître après le séisme?
YDJB : Oui, de 2000 à aujourd’hui en terme d’exposition, d’infrastructure, d’achalandage de nos joueurs, il y avait une certaine progression. Si nous n’avions pas progressé avant, le football serait déjà mort. Par exemple, je dois dire que si le séisme avait lieu en 2000, le football serait fermé pour une dizaine d’années ? Je crois que nous avons réalisé pas mal de choses, comme offrir une meilleure visibilité à nos joueurs, rester présent dans les compétitions internationales, régulariser la compétition chez nous en un mot, maintenir la flamme du football.

L.N : Oui, mais les gens se plaignent aussi du contexte dans lequel les matches sont disputés. L’ASCAR et Léogâne jouent dans la souffrance parce que leur terrain reste occupé. Le stade, en dépit du travail appréciable de son nouveau directeur, n’est pas la sécurité sociale. Qu’en dites- vous?

YDJB : Nous ne sommes pas responsables du fait que les terrains du Cavaly et de l’ASCAR sont occupés. Nous nous en sommes plaint haut et fort et nous avons pris la défense, mais si cela ne s’est pas fait ce n’est pas de notre faute. Nous continuons de nous battre, mais le football comme tout en Haïti subit là aussi les conséquences du séisme du 12 janvier.

Enock Néré
nenock@yahoo.com

Scroll to Top