CONCACAF W : CONTRE LES USA, UN DÉFI ATTEND LES GRENADIÈRES !

Aucune sélection haïtienne féminine de football, toutes générations confondues au niveau senior, n’a jamais ni battu ni inscrit un but face à les États-Unis d’Amérique. Pourtant, les Grenadières ont déjà pris rendez-vous pour en découdre ce lundi 4 juillet à Monterrey dans le cadre de la CONCACAF W, face à cette machine que représente les USA en matière de football féminin.

La sélection féminine haïtienne de football qui avait survolé le tour préliminaire des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA, Australie et Nouvelle-Zélande 2023, en battant respectivement le Guatemala (6-0); Saint-Vincent (11-0); Îles Vierges Britanniques (21-0) et Cuba (6-0), a eu droit à un camp d’entraînement de deux semaines à San José, suivi de deux rencontres amicales internationales face au Costa Rica, ponctuées par une défaite (1-2) et une victoire (4-2). Il s’agit pour les responsables de la FHF, de mieux préparer les Grenadières, et ce pour qu’elles aient la possibilité damer le pion et de traiter d’égal à égal aux géants de leur groupe, à savoir les USA, le Mexique et la Jamaïque.

A entendre le sélectionneur national, Nicolas Delépine : son équipe, au terme des deux semaines de préparations du côté de Costa Rica, monte en puissance, et il avoue qu’une très bonne ambiance se profile à l’horizon pour les Grenadières.

De retour en sélection après deux ans, Ruthny Mathurin croît savoir que ses coéquipières seront à la hauteur. Melchie Dumornay n’est pas en reste, elle se dit prête à en découdre face aux adversaires d’Haïti tout en précisant qu’elle respecte les Américaines, mais elle n’a aucun craintif pour les coéquipières de Megan Rapinoe.

Pourtant si l’on tient compte des deux forces en face, les Américaines qui restent sur deux titres de championne du monde, font peur et ont des résultats intéressants en match amical dont deux victoires acquises en juin face à Colombie (3-0 et 2-0). Que dire de leurs stars planétaires, entre autres, Rapinoe, Alex Morgan, sans oublier d’autres jeunes pétris de talents qui renforcent la sélection aux bannières étoilées.

En face, avec trois nouvelles figures : Claire Constant, Darlina Joseph et Ruthny Mathurin, de retour au bercail, la sélection haïtienne qui va sans nul doute compter sur son noyau dur évoluant en France, aura du pain sur la planche si l’on tient compte que cette équipe est renforcée par des jeunes (U20) qui ne sont plus en compétition depuis 22 mai 2021 et qui ont été faites laminées par les jeunes Américaines (6-0), et dire qu’en plus, plusieurs n’ont pas été à San José, au Costa Rica pour participer au camp d’entraînement suivi des deux rencontres disputées par la sélection haïtienne.

En cinq confrontations, de 1991 à nos jours, Haïti n’a connu que des défaites face à USA, et la génération de Nerilia et Melchie avait été battue (0-4) lors des éliminatoires des Jeux olympiques de Paris 2024.

Haïti pourrait-elle créer la sensation face à USA ?

A suivre !

Barbarah Bourdeau / Totalmixradio.com

Scroll to Top