FOOTBALL- ANALYSE : QUI PEUT CONVOQUER UN JOUEUR EN SÉLECTION NATIONALE ?

Pour un joueur, sauf exception, être appelé en équipe nationale, constitue le Graal : outre la reconnaissance de la haute valeur sportive qui y est généralement attachée. En un mot, cette sélection fait du sportif, un représentant de la nation engagée dans les compétitions internationales. D’où la question : qui peut convoquer un joueur en sélection nationale ?

S’il ne fait ainsi aucun doute que l’équipe nationale représente la nation, la représentation n’est cependant qu’indirecte, médiatisée par la fédération dont procèdent les différentes équipes nationales. C’est en effet la fédération nationale et elle seule qui, par le biais du sélectionneur national nommé, sélectionne ou appelle les joueurs, compose les équipes et les engage dans les compétitions internationales.

Les joueurs sont au fait sélectionnés sur la base de leurs performances en club, et selon le critère de choix et la philosophie du sélectionneur. Un quelconque dirigeant pourrait-il, sans l’aval du sélectionneur, imposer un joueur en sélection ? Non. Malheureusement, Jean-Jacques Pierre avait surpris son petit monde en faisant croire qu’il n’a rien à voir avec la présence de certains joueurs en équipe nationale.

Pour certains auteurs, l’étroitesse des liens entre la fédération et ses équipes nationales, rend la représentation ambiguë. Fort souvent, et sans l’avis du sélectionneur, ils imposaient des joueurs.

Un sélectionneur national qui a une force de caractère et une forte personnalité, accepterait-il un tel procédé ? Suivez mon regard!

Dans la liste des 22 Grenadiers convoqués, certains observateurs émettent des doutes sur la présence de certains joueurs, entre autres, Josué Duverger qui n’a toujours rien apporté en équipe nationale, Steven Saba, privé de compétition depuis son passage à l’Impact de Montréal et son retour au Violette AC où il est transparent.

Dans ce petit jeu, il faut admettre que quand les résultats sont bons, le mérite est partagé. A l’inverse, le sélectionneur national n’aura qu’à prendre ses responsabilités, et dans la plupart des cas, il se fait virer.

Barbarah Bourdeau / Totalmixradio.com

Scroll to Top