Le Bayern Munich tourne son regard vers Haïti

À la recherche de nouveaux talents, pouvant éventuellement renforcer ses équipes juvéniles, le FC Bayern Munich (Allemagne) s’associe avec le FC Toro (Haïti), le GPS Foundation, la United Soccer Coaches et le GPS pour lancer, le mercredi 23 janvier 2019, à l’occasion d’une conférence de presse tenue au local de Haytrac, située sur la route de l’aéroport, la semaine de promotion du football haïtien à travers un camp de détection des talents. Ce camp est ouvert aux jeunes âgés de 11 à 17 ans.

Sous les yeux rivés de Pedro Hériveaux, qui a joué le rôle de médiateur entre le FC Toro et les entités étrangères, Robert Peltram, directeur exécutif du Bayern ; Daniel Toulson et Steve Schechter, responsable de relations internationales et directeur exécutif du GPS Foundation ; Tommaso Trevisan, directeur international de GPS ; Patrick Bonnefil, Cynthia Rivière et Jérôme Velfert, respectivement président, directrice de relations publiques et communication et directeur sportif du FC Toro ont rencontré la presse pour évoquer, entre autres, la semaine de promotion du football haïtien.

Tout a commencé par les propos de bienvenue de Patrick Bonnefil avant la prise de parole des représentants du FC Bayern Munich, GPS Foundation et United Soccer Coaches. Ces derniers ne tarissent pas d’éloges sur les responsables du FC Toro pour l’accueil qui leur a été réservé.

Venons-en au camp de détection. Les séances ont débuté, sous la direction de Jérôme Velfert, le mercredi 23 janvier sur le terrain de Sainte-Marie (Canapé-Vert). Elles vont se poursuivre jusqu’au samedi 26 janvier au parc Sainte-Thérèse (Pétion-Ville). Plusieurs centaines de jeunes, issus de différentes académies de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ont pris d’assaut ce camp de détection. Ils veulent tous avoir la possibilité de réussir au plus haut niveau du football mondial.

Le but de cette détection est d’arriver à identifier les joueurs les plus intelligents pour qu’on puisse les éduquer sur le plan sportif. Vu son importance, elle a été ouverte à toutes les académies du pays. Par ce geste, on a voulu donner le maximum de chances  à nos jeunes talents. Dans les catégories U11 et U12, on prendra, à l’issue de ce camp de détection, 4 à 6 joueurs et 1 à 2 dans les autres catégories », a laissé entendre Jérôme Velfert qui a tenté d’exposer les raisons pour lesquelles, selon lui, les jeunes grenadiers n’arrivent pas toujours à s’imposer dans les grands clubs en Europe.

« Pour choisir, on va s’appuyer sur la relation du joueur avec le ballon et son intelligence du jeu. On ne va pas se focaliser sur le plan tactique, car nos jeunes n’ont pas cette culture pourtant nécessaire dans le football du haut niveau. Que je sache, c’est l’une des raisons majeures occasionnant l’échec de jeunes à l’échelle internationale. Sans cette culture tactique, il serait impossible de jouer dans les grands clubs », a clairement expliqué le technicien français avant de faire savoir qu’au cours des deux dernières années, le FC Toro a pu faciliter trois jeunes à s’établir à Boston et quatre autres  en Floride.

Questionné sur ses relations avec la FHF, Patrick Bonnefil dit : «  Le FC Toro a une excellente relation avec la Fédération haïtienne de football. À titre d’exemple, cette dernière envoie plusieurs joueuses faisant partie de son centre de formation à ce camp de détection des talents. »

S’il faut se fier aux déclarations du directeur exécutif du FC Bayern Munich, Haïti n’est pas choisie au hasard. Expliquant qu’il avait l’habitude de venir à Haïti par le biais de Pedro Hériveaux, Robert Peltram croit savoir que la perle rare se trouverait au pays de Manno Sanon.

 

«Entre 2014 et 2018, on a déjà envoyé une vingtaine de jeunes au sein du Bayern. Cependant, ils ont tous échoué. Nous sommes venus en Haïti, parce que nous croyons qu’il existe ici des joueurs pétris de talents. À cela, il faut ajouter qu’ils ont l’engouement, la passion et l’esprit compétitif. Ceux, qui auront réussi ce stage iront aux USA participer à d’autres camps de formation qui se feront en présence des recruteurs du Bayern Munich avant de voyager éventuellement pour l’Europe. Ils auront aussi à disputer des tournois en Espagne, en Suède, en Irlande ou encore en Angleterre. »

L’accord qui lie le FC Toro à GPS Foundation s’étale sur trois ans. En revanche, aucun chiffre n’a été avancé sur le montant de la transaction. Toutefois, son responsable de relations internationales avance ce qui suit : « La Fondation GPS travaille aussi dans la formation académique des jeunes. Nombreux sont les jeunes qu’elle a déjà placés dans des collèges aux USA. Elle s’étend aussi à fournir à ces jeunes un support social et alimentaire. »

En clôture de ce camp de détection des talents, le vendredi 25 janvier à Villa Thérèse (Pétion-Ville), les responsables vont rencontrer les parents des joueurs qui auront réussi ce stage afin d’évoquer la possibilité pour ces derniers de bénéficier de bourses d’études aux USA. Parallèlement, samedi 26 janvier, plus de 60 coaches sont attendus au parc Sainte-Thérèse pour une séance de formation. À l’issue de cette séance, ils vont repartir avec un certificat. En guise de conclusion, les responsables précisent que, chaque année, deux coaches auront la possibilité, dans le cadre de ce programme, de se rendre aux USA pour poursuivre leur formation sur le plan technique et tactique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lenouvelliste.com

kodekings

Read Previous

Volley 2000 ambitionne de se replacer parmi les meilleurs en 2019

Read Next

Match d’exhibition pour l’équipe féminine de football des amputés

en_USEnglish