D’autres compétitions et d’autres défis pour les sélections nationales masculines

Alors que le Mondial U20 féminin s’achemine vers sa fin et que les filles U15 viennent tout juste de maintenir Haïti parmi l’élite du football féminin en catégorie juvénile dans la CONCACAF, les sélections nationales masculines doivent maintenant prendre le relais. Les seniors dès le 10 septembre au stade Sylvio Cator alors que les U20 masculins se préparent à affronter les éliminatoires de la Coupe du monde U20 masculin à Bradenton en novembre.

La sélection nationale senior doit affronter Saint-Martin le 10 septembre prochain en match comptant pour sa première sortie dans la Ligue des nations CONCACAF. Objectif à atteindre : remporter la première place dans son groupe et se hisser en division supérieure de la zone CONCACAF.

Si nous, Haïtiens, ressassons encore les exploits de nos compatriotes de la catégorie U20 en Bretagne, les exigences du football demandent de passer à autre chose. En sport, on n’a pas le droit de s’en dormir sur les lauriers. Les défis se multiplient et il faut constamment les relever.

Déjà, au moment où Nérilia et sa bande affrontaient la Chine le 6 août, un groupe de jeunes filles de moins de 15 ans était déjà dans les starting blocks pour assurer le relai. Il fallait conserver le patrimoine légué par Roseline Éloissaint, Mikerline Saint-Félix, Dolorès Jean-Thomas, Emmeline Charles…etc. Il fallait par ailleurs garder Haïti parmi l’élite de la Concacaf en défiant le Mexique, le Salvador et l’Irlande du Nord dans le groupe C. Si elles ne sont pas parvenues jusqu’en finale, elles ont le mérite de terminer à la 5e place derrière le Canada et conserver leur place parmi les 12 de la Division I.

Faire mieux que les filles U15 pour se hisser en division supérieure, c’est le minimum à espérer de la sélection masculine dès le 10 septembre avec son premier match dans la Ligue des nations de la CONCACAF. Wilde Donald Guerrier, Duckens Nazon, Zachary Hérivaux, Derrick Étienne devront commencer par laminer Saint-Martin en attendant de remettre le Nicaragua à sa place afin de prouver à la CONCACAF que sa place n’est pas en Division II mais aux côtés du Mexique, des États-Unis, du Costa Rica, du Panama dans la division supérieure. Division I où Haïti pourra affronter de grandes sélections qui lui permettront d’être un potentiel candidat pour la phase finale de 2022. L’attente du public est énorme, car après avoir vu jouer les filles en France, chaque fan de football ne rêve que d’une chose : voir des footballeurs volontaires suant pour le maillot de leur pays en offrant à la fois spectacle et émotions.

Les U20 masculins visent la Pologne

Les U20 masculins se préparent eux à imiter leurs ainés de 1974 et qualifier Haïti pour une 4e phase finale de Coupe du monde de l’histoire. Pour son premier match de préparation sous la houlette de Jean-Claude Josaphat, la sélection masculine U20 a battu le Don Bosco 3-1, ensuite elle a battu l’AS Mirebalais 1-0. Certes, ces clubs qui se préparent en vue de la série de clôture, dont le coup d’envoi sera donné le 1er septembre, manquent un peu de compétition. Mais les victoires de la bande à Josaphat ne sont pas à minimiser.

Ce 22 août, les U20 défient le Real Hope, avant de partir poser des questions au Racing FC jeudi au parc Miguel Saint-Jean de Morne-Blanc. Samedi, ce sera le tour du Baltimore SC de venir se mesurer à la sélection nationale U20 de football masculin avant de poser des questions au Tempête FC le 29 août au parc Levelt de Saint-Marc. Jean-Claude Josaphat cherche surtout à accélérer la préparation de sa troupe puisque les autres concurrents dans la course aux billets qualificatifs pour la Coupe du monde U20 sont à pied d’œuvre depuis longtemps. Par exemple, le 20 juillet déjà, la République dominicaine concédait une courte défaite 0-1 face à Panama en match amical U20 et, le 22 juillet; elle parvenait à arracher un nul 1-1 ce qui montre qu’elle est assez avancée dans ses préparations.

Championnat national série de clôture, Ligue des nations en guise de compétitions internationales, préparations des U20 en vue de concourir pour un billet qualificatif pour Pologne 2019 et surtout se faire une place dans la division supérieure en football masculin catégorie jeunes, d’autres challenges, d’autres défis et éventuellement d’autres émotions. Le sport ne s’arrête jamais.

 

 

 

 

 

 

Enock Néré

lenouvelliste.com

kodekings

Read Previous

Des grenadières sacrifiées à cause de la Coupe du monde

Read Next

Ce détail qui aurait pu changer le Mondial de Melchie Daëlle Dumornay

en_USEnglish