Une footballeuse à la tête du football féminin au niveau de la Concacaf

La Concacaf a choisi une responsable pour diriger le bureau spécial qui aura pour mission de travailler à la promotion et au développement du football féminin au niveau de la Concacaf comme l’entend le président Victor Montegliani. Elle a été nommée le mercredi 25 juillet et entrera en fonction le 3 août 2018.

L’ancienne gardienne de la sélection nationale canadienne de football Karina Chenelle Leblanc est devenue la responsable numéro un du football féminin au niveau de la Concacaf. La Confédération Nord, Centre Amérique et Caraïbes Association de football a officiellement annoncé sa nomination à ce poste le mercredi 25 juillet.

Cette formatrice en matière de football aura comme mission de diriger les efforts de la Confédération à consolider et faire accroître le football féminin dans la région de la Concacaf. « Nous sommes très heureux de l’arrivée de Mme Karina Leblanc à la tête du football féminin de la Concacaf. Elle apporte une vaste connaissance et une grande passion pour ce sport qu’elle a pratiqué pendant 18 ans et servira comme défenseur de cette discipline auprès des femmes », avance le président de la Concacaf, Victor Montagliani dans son allocution.

« Madame Leblanc est la personne idéale pour faire avancer notre mission de développement et de promotion du football féminin vers son extension. Elle contribuera à faire croître la participation des femmes et la sensibilisation à tous les niveaux», continue M. Montagliani.

« Dans son nouveau rôle, madame Leblanc se concentrera sur le développement du football féminin à travers toute la région de la Concacaf en développant des opportunités pour les femmes dans le sport à travers différentes voies comme grassroots, les plates-formes de compétitions, l’arbitrage, le développement du football et l’administration. Son bureau sera basé à Miami, en Floride, et dépendra du bureau du responsable du football au niveau de la Concacaf, Manolo Zubiria ».

”Je suis très honorée et très excitée de rejoindre la Concacaf comme un moment crucial pour le football féminin », a déclaré Mme Leblanc. J’ai vu la croissance et le potentiel de notre jeu à travers la région de la Concacaf et à travers le monde et je vais travailler à créer d’autres opportunités pour le football féminin. Notre confédération est en bonne position mais doit continuer à supporter et à inspirer ses associations membres pour continuer à construire, à développer et à promouvoir le football féminin », continue la nouvelle responsable.

Karina Chenelle Leblanc entrera en fonction le vendredi 3 août 2018.

Qui est la nouvelle responsable de football féminin au niveau de la Concacaf?

Ancienne gardienne de la sélection nationale de football féminin du Canada, Karina Chenelle Leblanc est une ancienne footballeuse âgée de 38 ans et qui a joué au football pendant 18 ans. Détentrice d’un diplôme en Business administration décroché à l’Université du Nebraska, elle s’est surtout fait remarquer par sa capacité à produire et à motiver.

Née à Atlanta le 30 mars 1980 d’un père issu de la Dominique mais qui a vécu à Portsmouth, Vans Leblanc, et d’une mère jamaïcaine, Winsome, Karina Chenelle Leblanc avait dû quitter Atlanta avec ses parents pour fuir les risques du passage du cyclone David (été 1980). Elle vécut à la Dominique pendant 8 ans avant que sa famille ne se déplace pour aller vivre à Maple Ridge, en Colombie Britannique. C’est à 12 ans que Karina Chenelle Leblanc commença à jouer au football mais rapidement elle montra de très grandes aptitudes au point où elle fut considérée comme faisant partie des meilleures de sa division.

Recrutée par USA Today en 1997, elle intégra le Maple Ridge Secondary School bien qu’à l’époque son école n’eût pas d’équipe de football. Elle devint alors la joueuse la plus défensive en basket-ball pour l’année 1997, tout en jouant comme gardienne de but pour le Nebraska Combruskers. En tant que gardienne de but, elle est devenue la gardienne la plus décorée de l’histoire du programme scolaire tout en étudiant le Business administration. Naturellement, un talent pareil ne saurait laisser insensible le sélectionneur de son pays qui l’appela à intégrer la sélection nationale. Mme Leblanc a porté les couleurs de l’équipe canadienne à 110 reprises et a mis un terme à sa carrière internationale après avoir disputé les Jeux Olympiques de Londres en 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enock Néré

lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *