Les petites Grenadières à Houston

Victorieuses des équipes du Porto Rico (4-1) et du Nicaragua (2-0), les petites Grenadières, qui ont quitté Port-au-Prince, le jeudi 28 mai à destination de la Floride (USA) pour la reprise du tournoi de la Concacaf, n’ont qu’un objectif: celui de valider leur billet pour le mondial féminin U-17 de la FIFA, Uruguay 2018.

En raison des violentes manifestations qui ont ravagé le Nicaragua, désigné alors pays hôte, les autorités de la Concacaf ont dû suspendre le tournoi féminin U17. Ce dernier se poursuivra du 6 au 12 juin à Bradenton (USA). Dans le groupe d’Haïti, les équipes de Porto Rico et du Nicaragua ont déjà pris la porte de sortie. En effet, les petites Grenadières joueront leur dernier match de poule, le 8 juin face au Mexique pour déterminer le vainqueur du groupe A.

Qualifiées déjà pour les demi-finales qui se disputeront le 10 juin (1e A vs 2e B et 1e B vs 2e A), les petites Grenadières n’auront pas droit à l’erreur, lors des rencontres comptant pour la petite et la grande finale qui se tiendront le 12 juin.

Le groupe d’Haïti

En cas de qualification, les petites Grenadières ne pourront pas retrouver le pays hôte (Uruguay) qui est tombé dans le premier groupe en compagnie du Ghana, de la Nouvelle Zélande et de la Finlande. Si Haïti parvient à triompher dans la Concacaf, elle sera placée dans le groupe B en compagnie de l’Afrique du Sud, du Brésil et du Japon. Si les U-17 terminent deuxièmes, elles hériteront de la poule D avec la Corée du Sud, l’Espagne et la Colombie. En cas de 3e place, elles joueront au premier tour dans le groupe C contre l’Allemagne, le Cameroun et la Corée du Nord.

Trois tests matches

Dans le souci de remettre les filles en jambes avant leurs trois derniers matches dans le tournoi de la Concacaf, qualificatif pour la Coupe du monde U-17 féminine de la FIFA, Uruguay 2018, la FHF a mis sur pied trois rencontres de préparation à Houston (Texas) les 1er, 2 et 3 juin. À ce sujet, les responsables de la fédération ont écrit : « Il aurait été illogique de s’embarquer face à ces trois grosses écuries sans avoir été relancé dans la compétition. C’est un déplacement coûteux, mais vraiment nécessaire dans le contexte d’une volonté de donner à nos filles toutes les conditions face à des adversaires mieux pourvues qu’elles. »

Pour cause de blessure, Shelove Joseph n’a pas effectué le voyage, le jeudi 28 mai à destination de Bradenton (USA). Tout compte fait, elle a été remplacée par Izabelle Bernier. Retenus par des obligations professionnelles, le directeur technique national, Wilner Étienne et le préparateur physique, Sébastien Guia Lopez, sont également absents. C’est Stephan Defour, sélectionneur de l’équipe féminine A qui aura la mission d’épauler Fiorda Charles aux commandes des petites Grenadières.

Pour aller au Mondial féminin U-17 de la FIFA, Uruguay 2018, Haïti doit obligatoirement prendre l’une des trois premières places du tournoi féminin U-17 de la CONCACAF qui se déroulera du 6 au 12 juin à Bradenton (USA).

 

 

 

 

 

 

 

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *