L’équipe féminine U-20 s’installe en France

Avant de quitter Port-au-Prince, dimanche 27 mai à destination de Paris (arrivée, lundi matin), la délégation haïtienne, forte d’une trentaine de personnes, a été reçue, le vendredi 25 mai, par le président de la République. Dans la foulée, les héroïnes, pour une fois bien épaulées sur le plan financier par le gouvernement haïtien, aux dires de Yves Jean-Bart, ont reçu un spécimen du bicolore haïtien.

La qualification de la sélection féminine U-20 d’Haïti à la phase finale du Mondial français, qui se tiendra en août en Bretagne (France), domine encore et toujours l’actualité sportive. Ainsi, Kerlie Théus, capitaine de la sélection féminine U-20 et ses coéquipières, ont reçu un spécimen du drapeau haïtien entre les mains du président de la République, Jovenel Moïse, à la résidence officielle du premier ministre Jack Guy Lafontant.

En présence de plusieurs membres du gouvernement, des parlementaires et surtout du président de la République, Yves Jean-Bart, visiblement enthousiaste, ne tarit pas d’éloges à l’égard de Jovenel Moïse. Faisant allusion à ce dernier, il souligne: « Votre façon d’agir aujourd’hui monsieur le président me faire sentir fier d’être Haïtien. » À cette occasion, Dadou a rappelé que ce sera, en août 2018 en France, la troisième Coupe du monde du pays.

Nombreux sont ceux, ajoute-t-il, qui avaient été en Allemagne en 1974 qui ont dû abandonner le pays quelques années plus tard pour s’installer à New York. En Corée en 2007, les jeunes pour Dadou n’étaient pas ridicules.

Revenant sur la qualification des héroïnes pour le Mondial français, Yves Jean-Bart a fait savoir : « Vous nous avez reçus au salon diplomatique. Pour notre départ en terre française, nous n’attendons pas un quelconque émissaire nous apporter de l’argent à l’aéroport. En effet, vous nous avez donné les moyens adéquats en vue d’effectuer une préparation de haute gamme. Tout est payé. Nous allons là-bas par un vol direct (Port-au-Prince – Paris) pour éviter toute éventuelle fatigue. Trois mois de préparation avant la Coupe du monde. En plus de Collat, nous avons un staff technique complet, de haut niveau, un nutritionniste et tout inclu. Nous avons avec nous aussi les meilleurs spécialistes du monde afin de nous permettre de bien nous entraîner et d’entrer dans le haut niveau de la compétition ».

Pour ce qui est du tournoi, baptisé « Sud Ladies Cup » réunissant quatre pays et la préparation des coéquipières de Nérilia Mondésir, Dadou précise : « Nous allons rencontrer, du 5 au 11 juin, de grandes nations du football mondial (Allemagne, France, USA), trois anciens champions du monde. En temps normal, pour rencontrer ces équipes, nous devions avoir 200 mille dollars américains. Nous allons les affronter pour apprendre d’eux. Je viens de recevoir quelque chose de la part de la ministre (peut-être les 20 millions de gourdes promises par l’État). Tout le monde a un compte en banque et des cartes de débit. Nous allons faire honneur du pays. Ces fillettes sont avec nous depuis 10 ans. À chaque fois que le gouvernement s’implique dans le football, les résultats sont toujours positifs », a martelé le Dr du football.

Abondant dans le même sens que le président de la FHF, le président de la République, sans langue de bois, a déclaré : « Dadou n’est autre qu’un modèle. Il n’y a pas de deuxième place dans la vie. Vous êtes (les filles) des oubliées comme moi. Dadou, appelle-moi directement quand il y de problèmes au sein de cette équipe. Ce gouvernement est prêt à vous aider pour que vous ne demandiez rien à personne ».

Quand l’État passe de la parle aux actes

Ça été aussi l’occasion pour le président du pays d’exhorter les filles : « Ayez la tête haute, et ce, devant tout le monde, car vous êtes en phase finale de la Coupe du monde de la FIFA. Que je sache, on ne vous fait pas de cadeau. Vous devez faire l’honneur du pays tout en restant dignes. Pour y parvenir, il faut que vous respectiez la discipline inculquée par votre staff technique. Cette année, l’État a tout payé. C’est un privilège pour moi de recevoir une équipe qui ira à la Coupe du monde. En août, vous devez être championne du monde. Vous pouvez faire voir Haïti une autre façon, car vous êtes un peuple fier et qui sait ce que vous voulez. »

Dans son discours de circonstance, agrémenté de quelques phrases relatives à la politique, le président Jovenel Moïse, accompagné du boxeur Evens Pierre (numéro un mondial de la WBA des poids légers), a fait savoir qu’il a passé des instructions formelles à la TNH pour diffuser toutes les rencontres (compétitions ou amicales) de la sélection féminine. Il n’a pas oublié de mentionner que les matches de notre championnat national commencent à être diffusés aussi à la télévision. En guise de conclusion, le président formulé les souhaits suivants aux mondialistes U-20 : « Que des millions de dollars soient signés pour chacune de vous. Avec le football, vous êtes devenues de vrais ambassadeurs pour le pays. »

Selon les informations circulant dans les couloirs de la FHF, 23 mille dollars américains ont été collectés par la diaspora haïtienne en faveur de la sélection U-20 qui est accueillie chaleureusement à Paris, lundi 28 mai.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *