Kévin Lafrance ferme-t-il la porte à la sélection haïtienne ?

Marié et père d’un petit garçon, il est, pour l’édition 2018-2019, l’un des trois capitaines de l’équipe d’AEL Limassol (Chypre). Non appelé en sélection nationale pour le match amical contre l’Argentine, Kévin Lafrance (28 ans), qui semble digérer très mal sa non-convocation, s’est exprimé au micro de nos confrères de Totalmixradio.com.

Pour la reprise du championnat de Chypre, l’équipe de Kévin Lafrance, après 4 journées de compétition, occupe la tête du classement avec 12 points (4 matches pour autant de victoires). Avant d’évoquer la nouvelle saison, il revient sur son adaptation en Chypre.

« Pour moi, l’adaptation n’a pas été difficile vu que j’ai toujours vécu à l’étranger (Grèce, Pologne avant Chypre). J’ai cette capacité de m’adapter facilement à une nouvelle culture. Je n’ai jamais eu de problèmes bien qu’au début, il fallût se sacrifier pour apprendre la nouvelle langue, et que dire de la nourriture, le football entre autres. Je me sens bien en Chypre, car j’ai déjà trois ans là-bas», a fait savoir Kévin Lafrance qui en a profité pour annoncer qu’il s’est marié et avant de dévoiler qu’il devient père d’un petit garçon depuis mai 2018.

« Je vis en Chypre avec ma femme et mon fils. Je me suis marié il y a tout juste un an », a révélé l’international Haïtien. Faisant allusion à l’édition 2018-2019 du championnat de Chypre, il ne tarit pas d’éloges sur son équipe.

« Au niveau football, cette saison, on a très bien débuté : trois matches pour autant de victoires. Pour un début de saison, ça ne veut rien dire, puisqu’il nous reste encore beaucoup de matches à jouer. Pour ce nouvel exercice, on a de nouveaux joueurs dans notre effectif. On doit encore travailler pour une très bonne adaptation de ces nouveaux. Je suis un titulaire à part entière et l’un des capitaines de l’équipe. Tout passe pour l’instant bien pour moi », a soutenu Kévin Lafrance avant revenir sur la dernière saison de son équipe.

« En championnat, on a fait, à mon humble avis, une saison 2017-2018 correcte. On n’aurait pu faire mieux, mais on n’a pas été décevant. Il est vrai qu’à la fin de la saison, nous n’avons pas pu nous qualifier pour disputer l’une des compétitions européennes. À vrai dire, cela nous avait laissé un goût amer. Sur un plan strictement personnel, j’avais fait une très bonne saison, car j’avais mis quelques buts et délivré deux ou trois caviars à mes coéquipiers », a déclaré le milieu de terrain avant de se fixer sur la nouvelle saison de son club. Pour lui, son équipe est de loin meilleure que l’an dernier.

« Cette année, je pense qu’on a une bien meilleure équipe par rapport à l’année dernière. À nous de le montrer et le prouver sur le terrain. J’ai confiance que cette année on a l’équipe pour traiter d’égal à égal à nos adversaires ».

Je suis disponible à jouer en sélection nationale

Il a été l’un des grands absents au sein de la sélection haïtienne de football, victorieuse au stade Sylvio Cator, le 13 septembre de Saint-Martin (13-0), à l’occasion de la journée inaugurale de la Ligue des nations de la Concacaf. Contre l’Argentine (0-4), il avait également brillé par son absence. À ce sujet, il n’accuse personne. Toujours est-il qu’il renvoie la balle aux pieds des décideurs.

« Avec la Fédération haïtienne de football, je n’ai aucun problème. Je n’ai pas de problèmes non plus avec le sélectionneur national. C’est un constat, je n’avais pas été appelé face à l’Argentine, en mai dernier, c’était le choix du coach, et je le respecte. Au fait, ma femme était sur le point d’accoucher, je ne pouvais même s’il m’avait appelé pour disputer ce match. Pour le reste, pourquoi n’ai-je pas été appelé pour les autres rencontres, il faut poser cette question au coach », a souligné Kévin Lafrance qui dit avoir regardé l’équipe nationale face à Saint-Martin.

« Pour le match contre Saint-Martin, le 13 septembre, ils ont essayé de me contacter. Je n’ai pas répondu à l’appel. Je ne sentais pas la nécessité de venir en Haïti pour disputer ce match, car j’avais des échéances avec mon club qui étaient plus importantes. Tout compte fait, je suivais le match. En fait, je suis avant tout haïtien même si je n’étais pas appelé, j’ai pris du plaisir à regarder mon pays. Il faut savoir que j’ai beaucoup d’amis dans cette sélection. J’étais très content du résultat (13-0). J’espère qu’ils vont continuer avec ou sans moi. Ce n’est pas à moi de décider », a laissé entendre Lafrance qui ne ferme pas la porte à la sélection nationale.

« Vous savez, Haïti a de très bons joueurs. À mon humble avis, avec un peu plus de sérieux, on peut faire de très belles choses, pas seulement contre des petites équipes, mais aussi contre de grosses écuries de la zone. Je serai toujours un supporteur d’Haïti. Je suis sur mes deux pieds et je suis plus que disponible. Vu que je n’avais pas répondu à l’appel la dernière fois, et qu’il y a d’autres joueurs disponibles, je ne sais pas. Alors j’attends pour voir. Si on m’appelle, avec plaisir je viendrai défendre les couleurs de mon pays », a clairement fait savoir Kévin Lafrance qui, en guise de conclusion, s’est laissé prendre à un petit jeu de comparaison.

«Avant les deux techniciens français Marc Collat et Patrice Neveu, c’est le Cubain Israel Blake Cantero qui dirigeait la sélection nationale. Patrice Neveu, c’est un passionné alors que Marc Collat est du genre calme. En conclusion, je peux vous dire que chacun a ses qualités et ses défauts », a conclu, tout sourire, Kévin Lafrance qui espère faire son come-back en sélection nationale, le 13 octobre contre Sainte-Lucie à Basse-Terre à l’occasion de la deuxième journée de la Ligue des nations de la Concacaf.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *