Jeff Louis et l’ASNL : pas d’accord sur le contrat

Le retour de Jeff Louis semblait dans les tuyaux. Le joueur était même à Nancy samedi pour discuter avec le coach Didier Tholot. Mais l’international haïtien et l’ASNL n’ont pas trouvé de terrain d’entente financièrement. Explications.

 

es chances de revoir Jeff Louis sous le maillot de l’ASNL paraissent réduites à la sortie d’un week-end de négociations qui n’a pas porté ses fruits. Reste une question : est-ce définitivement terminé ou un nouveau rebondissement est-il encore possible à plus trois semaines de la fin du Mercato ?

La possibilité d’un retour de Jeff Louis, annoncée en exclusivité sur notre site Internet samedi après-midi, a agité l’ASNL tout au long du week-end qui vient de s’écouler. La négociation semblait très bien embarquée, vraiment, surtout après l’entrevue samedi dans la journée entre le coach Didier Tholot et l’international haïtien spécialement venu à Nancy en train pour l’occasion. « J’ai eu un excellent feeling avec Didier Tholot » confie Jeff Louis, « On sent tout de suite que c’est quelqu’un d’honnête et de franc. Il m’a bien expliqué ce qu’il attendait de moi sur le terrain en cas de retour au club. Il voulait notamment savoir si j’étais capable de jouer sur un côté si besoin, en fonction de la tactique et des autres joueurs de l’effectif. Je lui ai répondu oui sans problème, d’autant que je sais qu’il y a déjà Amine Bassi dans l’axe derrière l’attaque et que j’apprécie beaucoup ce joueur ».

Le joueur a demandé « deux ou trois ans »

Sportivement, tous les voyants semblaient donc au vert pour un come-back de Jeff Louis, en difficultés à Caen depuis son arrivée en 2015 en provenance du Standard de Liège. Le Stade Malherbe est d’ailleurs prêt à le libérer de sa dernière année de contrat. Mais la piste Jeff Louis a sérieusement pris du plomb dans l’aile quand la question contractuelle a été abordée. « J’ai très envie de revenir à l’ASNL mais je dois aussi penser à ma famille et à mes deux enfants, je ne peux pas faire n’importe quoi financièrement » raconte le gaucher qui fêtera ses 26 ans ce mercredi. Le club au chardon pensait pourtant avoir trouvé la formule pour le convaincre. « On avait un accord avec les dirigeants du Stade Malherbe pour que Jeff passe la saison chez nous avec quasiment le même salaire qu’à Caen » explique le président nancéien Jacques Rousselot.

Le principal point de désaccord concerne la durée du contrat. Le joueur désire « deux ou trois ans » quand l’ASNL ne lui propose qu’une saison, seulement, mais avec l’occasion pour l’ancien Manceau de se relancer sportivement. « C’est dommage parce que le coach lui avait donné des garanties, en lui disant qu’il allait avoir le temps de jeu nécessaire pour exprimer ses qualités » glisse « JR », « De mon côté, j’avais promis à l’agent de se revoir en janvier pour une prolongation si Jeff était redevenu le Jeff de 2013 chez nous ».

À l’entraînement avec Caen ce lundi

Après avoir passé la nuit de samedi à dimanche sur Nancy, l’ex-chouchou de Picot est en tout cas reparti en Normandie, il a même repris l’entraînement ce lundi matin sous les couleurs du Stade Malherbe, avec le risque de ne pas être utilisé cette saison et de tomber aux oubliettes à la fin de son contrat si le temps de jeu ne vient pas. Un risque assumé, visiblement, par le talentueux gaucher qui n’a pas perdu espoir de s’imposer à Caen, après un prêt intéressant de six mois à Quevilly-Rouen : « J’ai conscience de partir de loin, il y a des joueurs devant moi. Mais, si je reste, je me sens capable de faire bouger la hiérarchie. Un nouvel entraîneur est arrivé (Fabien Mercadal). Je suis considéré comme tous les autres joueurs ».

Élevées samedi, les chances de revoir Jeff Louis à l’ASNL le sont nettement moins à l’instant T, c’est le minimum que l’on puisse écrire. Seul véritable espoir pour celles et ceux qui veulent encore croire à un retour de l’Haïtien : il reste un peu moins d’un mois avant la fin du Mercato et, dans le football, on sait bien que les choses peuvent toujours évoluer très vite dans un sens comme dans l’autre…

 

 

 

 

 

 

Romain JACQUOT
www.estrepublicain.fr/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *