Haïti à quitte ou double face au Nigeria

À moins de 24 heures du coup d’envoi de la rencontre décisive qui doit opposer Haïti et le Nigeria, ce jeudi 9 août, à 10 heures 30 (heure de Port-au-Prince), au stade Marville à Saint-Malo, en France, dans le cadre du championnat du monde féminin U-20 de la FIFA, les deux protagonistes, battues lors de leur première sortie, 1-2 par la RP Chine et 0-1 par l’Allemagne respectivement, savent qu’elles n’auront pas droit à l’erreur pour conserver intacte leur chance de se qualifier pour les quarts de finale.

De notre envoyé spécial Légupeterson Alexandre

Malgré son statut de néophyte dans la Coupe du monde féminine U-20 de la FIFA, France 2018, on est unanime à reconnaître qu’Haïti, contre la Chine, deux fois finaliste dans cette compétition, a fait trembler les Asiatiques avant de baisser pavillon in extremis (1-2). En effet, la belle aventure des Grenadières va continuer contre le Nigeria qui, lui, avait mal débuté le tournoi en se faisant battre par l’Allemagne sur la plus petite des marges.

Avant le coup d’envoi de ce duel explosif qui promet de faire des étincelles entre Haïti et Nigeria, les Africaines n’occupent que la dernière place du groupe D avec zéro point et aucun but inscrit au terme de la première journée. En revanche, Haïti, grâce à ce but marqué sur penalty par Nérilia Mondésir, qui restera dans l’histoire comme la première buteuse d’Haïti et de toute la Caraïbe dans une Coupe du monde de la FIFA féminine, prend la troisième place. Cependant, ce sont les équipes de la Chine (3 points) et de l’Allemagne (3 points) qui sont aux commandes du groupe. Dans ce petit jeu, elles ont déjà pris rendez-vous pour en découdre afin de s’emparer du leadership du groupe.

Pour conserver une chance de qualification pour le tour suivant, Haïti, visiblement motivée et concentrée pour mieux faire, ne doit en aucun cas perdre devant le Nigeria. Toute nouvelle défaite est synonyme d’élimination directe dans cette Coupe du monde avant de jouer contre la machine allemande. Marc Collat, sur qui les critiques pleuvent de partout, s’attend à un match difficile et compliqué contre les Africaines.

« Ce sera un match international de très haut niveau face à une équipe du Nigeria très puissante. J’ai pu voir son match contre l’Allemagne, c’est l’équipe la plus physique de notre groupe. Bien qu’il ait perdu, le Nigeria a tenu la dragée haute aux Allemandes. On doit s’attendre à un match très musclé, difficile et compliqué athlétiquement. Toujours est-il que l’on va jouer à fond notre chance pour espérer franchir l’étape suivante », a-t-il reconnu, avant d’ajouter qu’il saura quoi faire, après avoir décortiqué la vidéo de la rencontre opposant le Nigeria à l’Allemagne, pour calmer les Africaines et remporter une éventuelle victoire qui serait tout simplement historique pour une équipe haïtienne (toutes catégories confondues) dans une phase finale de Coupe du monde.

En face, le Nigeria n’est pas en reste. Son sélectionneur Christopher Musa, au même titre que Marc Collat, sait qu’il doit gagner à tout prix pour rester en vie dans la compétition. Si on ignore sa stratégie ou le système qu’il va mettre en place, une chose est certaine: le Nigeria, fort physiquement, va jouer pour imposer son rythme à l’équipe haïtienne.

Dans ce cas de figure, rien n’est gagné d’avance. Toujours est-il que les Grenadières, aux dires de Nérigol, vont jouer sans pression, car la pression est sur les épaules des Super falconets, finalistes à deux reprises de la compétition. En cas de match nul entre Haïti et Nigeria, quel que soit le résultat du match devant opposer la Chine à l’Allemagne, les Grenadières conserveraient une mince chance de qualification, mais tout passera forcément par une victoire historique contre les Allemandes.

Dans l’attente de dévoiler le onze qui sera aligné contre le Nigeria, ce jeudi 9 août au stade Marville de Saint-Malo, dans le cadre de la deuxième journée du groupe D de la Coupe du monde féminine U-20 de la FIFA, France 2018, Marc Collat, très critiqué pour son choix tactique, aura du pain sur la planche, d’autant qu’il s’agit d’un match à quitte ou double.

 

 

 

 

 

 

 

 

lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *