Alph P. Ulysse passe en revue la participation du basket haïtien aux jeux de Barranquilla

En prenant la sixième place aux jeux de Barranquilla, en Colombie, la sélection féminine haïtienne de basket 3×3 s’est qualifiée pour les jeux panaméricains, prévus pour 2019 à Lima (Colombie). Évoquant les piètres prestations des filles, le vice-président de la Fédération haïtienne de basket-ball s’est dit conscient du manque de préparation de nos filles et du haut niveau de ces jeux. Toutefois, Alph Pélissier Ulysse n’entend pas baisser les bras.

Le Nouvelliste : Haïti, en basket 3×3 féminin, vient de participer aux jeux de Barranquilla, en Colombie. Qu’est ce que ça représente pour la Fédération haïtienne de basket-ball ?

Alph Pélissier Ulysse : Comme vous le savez, nous avons lancé le basket-ball 3×3 féminin en novembre 2016. Moins de 2 ans après, l’opportunité de participer à une compétition internationale de cette envergure a été la récompense de nos différents sacrifices. En effet, nous avons eu cette invitation suite aux différents tournois de basket 3×3 réalisés par notre fédération et validés par la FIFA 3×3. Cette participation à ces jeux va continuer à nous motiver et à nous encourager dans notre processus de développement du basket 3×3.

LN : Le bilan d’Haïti est de quatre matches, trois défaites et une victoire acquise sur tapis vert. Toujours est-il qu’Haïti avait atteint les quarts.

APU : Le bilan sportif, trois défaites sur le terrain et une victoire par forfait, on ne saurait parler de satisfaction. Je dirais plutôt que c’est un début sur le plan international un peu difficile pour nos joueuses, mais, au-delà de toute chose, l’histoire retiendra que, pour notre première participation à une compétition de cette envergure, on a terminé 6e sur un total de 9 pays.

LN : Vous avez vu jouer l’équipe haïtienne composée des meilleures figures du basket 3×3 féminin. Cependant, elle n’a pas pu tirer son épingle du jeu. Avez-vous une explication ?

APU : Sans vouloir entrer dans les détails techniques, je peux dire que l’écart de niveau entre notre sélection et les autres équipes était visible et évident. À titre d’exemple, nous avons affronté des équipes pro alors qu’on a été à ces jeux avec notre équipe U-23. Ensuite, nos joueuses n’ont pas plus que six matches à leur actif pour la saison. En face, on avait affaire à des joueuses avec plus de 30 matches par saison. Savez-vous que les joueuses du Mexique évoluent ensemble depuis l’âge de 12 ans ? À cela, il faut aussi ajouter le manque de moyens adéquats pour préparer l’équipe en vue de ces jeux.

LN : Au vu de ces résultats, avez-vous un quelconque regret d’envoyer cette sélection à ces jeux ?

APU : Regret ? Point du tout. L’expérience a été bénéfique pour l’équipe haïtienne. En fait, elle va nous permettre d’évaluer le niveau du basket féminin tout en tenant compte de nos lacunes, de nos points faibles et de nos points forts.

LN : Les leçons tirées de la participation d’Haïti à cet évènement de grande envergure ?

APU : Comme pour toutes les équipes haïtiennes présentes à ces jeux, l’absence de compétition internationale, le manque de préparation, malgré la volonté et le talent de nos athlètes, continuent à nous faire défaut. De plus, les jeux réduits comme le basket 3×3 doivent avoir de meilleurs encadrements.

LN : Quelles sont les perspectives pour le basket 3×3 féminin ?

APU : Pour le basket-ball féminin, nous allons entretenir des échanges avec la République dominicaine et le Mexique. Ces derniers vont nous aider à développer cette discipline. Pour sa part, la commission va travailler afin d’encourager nos jeunes filles à pratiquer le basket. Il ne fait aucun doute que nous devrions aller à la base, soit au niveau des écoles. Il faut dire aussi que cette sixième place acquise à Barranquilla nous a garanti un billet pour les jeux panaméricains qui se tiendront en 2019 à Lima (Pérou). Nous allons continuer avec nos tournois de basket féminin et la direction technique, en accord avec la commission, publiera sous peu un calendrier de ses activités.

LN : S’il faut placer un dernier mot à ce sujet, vous direz quoi Monsieur le vice-président de la FHB ?

APU : Pour finir, je tiens à remercier les membres de la presse sportive, les membres du bureau fédéral, mes collègues de la commission de basket 3×3 et de la commission féminine, la direction technique, les arbitres et toute la grande famille du basket haïtien. Je veux aussi remercier les sponsors qui nous ont toujours accompagnés lors des tournois de basket 3×3 comme Soge IZI, les produits Arlequin, Shell Rotella, Bongu, Eko Dépôt, Global Home & Office Smart et Magalex Store.

 

 

 

 

 

 

 

 

Legupeterson Alexandre

lenouvelliste.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *