Unasmoh et Ouanaminthe remportent le National

Ouanaminthe Volley-ball Club a remporté dimanche l’édition 2019 du marathon national de clubs vainqueurs de ligue. Les représentants du Nord-Est ont dominé Magic en trois petits sets en finale. En catégorie féminine, l’UNASMOH a mis 5 sets pour dominer les Tigresses 3 sets à 2 et prendre leur revanche sur ce club qui les avait battus 3 sets à rien la saison dernière à ce même stade de la compétition.

En remportant le premier set de la finale de l’édition 2019 du marathon national des clubs 25/21, l’AS Tigresses semblait rééditer son exploit de la saison lorsqu’elle avait dominé l’UNASMOH 3 sets 0. Mais l’UNASMOH en remportant le second set 25/22 a semé le doute dans l’esprit des joueuses de l’équipe championne en titre.

Un doute qui a grimpé en flèche lorsque l’UNASMOH remporte le 3e set 25/18 pour mener 2 sets à rien. Mais au 4e set, Yves Larrieux paraît avoir trouvé les mots justes pour ramener la confiance. Celle qui fut la meilleure middle de l’édition 2017, Keemara Kensley Desrosiers, fait son entrée en jeu, Dahjna Blémur est encore plus efficace dans ses blocs, les services de Djoulissa Mathé font des misères à l’équipe adverse et les Tigresses reviennent dans la partie 25-18 pour égaliser à 2 sets partout. Il faudra passer le set décisif pour se départager.

Au 5e set,tout commence mal pour les Tigresses. Curieusement, alors qu’Abel fait sortir Stéphania Estimé, l’UNASMOH parvient à mener 6-0 avant que Dahjna Blémur n’inscrive le premier point de ce set décisif pour les Tigresses pour que Djoulissa Mathé aille faire parler ses services. Elle en passe une demi douzaine pour permettre aux Tigresses de passer devant 8/7 et tenir la tête à l’UNASMOH jusqu’au 24e point de ce set décisif. Arrivé à 14-12 plus service à suivre, les fans de l’UNASMOH croyaient que la chose était pliée puisque l’UNASMOH sert pour le gain du match. Trop ému d’y être, l’UNASMOH concède deux points et les Tigresses reviennent à 14-14. Quelque part , il était écrit que les Tigresses n’allaient pas l’emporter sans Solaïda. L’UNASMOH repasse devant pour finalement remporter le set décisif 16/14 ainsi  que la finale et prendre sa revanche sur elle perdue la saison dernière. L’UNASMOH remporte son 2e des trois finales disputées depuis 2015 alors que les Tigresses ratent l’occasion de remporter leur 3e finale d’affilée à ce niveau.

Un petit rappel des finales des 5 dernières saisons en national féminin :

2014 : Artilleurs s’impose en 5 sets face à Magic finaliste de la LVBRO contre ENTS.

2015 : Volley 2000 vs Tigresses 25/18, 16/25, 16/25, 16/25  soit 3 sets à 1 en faveur des Tigresses.

2016 : UNASMOH bat Tigresses 3 sets à 2.

2017 : Tigresses bat Magic 3 sets à 0 (25-22/ 25-18/ 25-20) Keemarah Kensley Desrosiers, meilleur middle blocker.

2018 : Tigresses bat UNASMOH 3 sets à 0 (25/11, 25/20 et 25/21.

2019 : Tigresses vs UNASMOH 25/21, 22/25, 18/25, 25/18. 14/16 soit 3 sets à 2 en faveur de l’UNASMOH.

En catégorie masculine

Ouanaminthe Volley Club a créé la surprise en détrônant Magic 3 sets à 1 pour s’adjuger la finale en catégorie masculine. Entré sur le terrain avec un maillot portant le slogan « 100 pou 100 lokal : Nou pa bezwen Kiben ak Dominiken kenbe men nou », Magic a d’abord fait de cette finale une affaire de défense du volley-ball haïtien.

Mais les deux Dominicains de la formation de Ouanaminthe ont apporté un plus à leur club qui rapidement s’est montré au dessus de son adversaire. 25/21, 26/24.

Au 3e set, Magic retrouve son jeu avec un Stanley étincelant et parvient à retarder l’échéance au 54e point avec 28/26 pour n’être plus mené que par 1 set à 2. Mais l’illusion est de courte durée puisque le 4e set est tout simplement un véritable calvaire pour Magic. Dominé bec et ongles par un Ouanaminthe supérieur dans tous les compartiments du jeu, Magic s’incline 18/25 et Ouanaminthe inscrit son nom pour la première fois au palmarès de la compétition en détrônant Magic.

À noter qu’en 2018, Magic avait battu l’UNASMOH 3 sets à 1 en finale masculine pour remporter la compétition 25/23, 25/17, 11/25 et 25/23.

Enock Néré

lenouvelliste.com

kodekings

Read Previous

Une Haïtienne au championnat du monde de taekwondo en Angleterre.

Read Next

Pas de doublé pour Saint-Louis de Gonzague

en_USEnglish