Classement national des joueurs de tennis de table qui ont participé au tournoi OPEN FSC et 40 ans +

Port-au-Prince, le 8 mai 2019

Chers cousins pongistes,

Le tournoi ayant touché à sa fin, je m’en voudrais de passer sous silence les moments merveilleux que nous avons vécus les 3, 4 et 5 mai en cours au numéro 10 de la rue Ménos, à Péguy-Ville.

Accueil chaleureux. Atmosphère agréable… Fair-play… Suspense intense…

Bref ! Tout était au rendez-vous pour faire de ce championnat de tennis de table une réussite parfaite. En témoignent les applaudissements nourris et les cris d’admiration répétés des aficionados qui avaient fait le déplacement. Un championnat au cours duquel nos jeunes et talentueux pongistes ont eu l’occasion de justifier tout le bien que nous pensions d’eux.

On gardera longtemps en mémoire ce «great event» qui mettait face à face Rafaël Monteiro et Donika St-Fleur en demi-finale. Combat de titans ponctué de cris de guerre toutes les fois que les protagonistes marquaient un point. Quel Ping Pong ! s’écriait Stanley Handal.

On se souviendra longtemps aussi de ce duel époustouflant opposant cette fois-ci en finale le même Donika St-Fleur à l’insolent Olivier Guerrier. Ce dernier, par ses placements de balle et par sa façon de défier des yeux le champion en titre, à chaque coup réussi, avait fait le bonheur du public qui semblait être tout à fait acquis à sa cause.

Quant aux vieux – pardon, je voulais dire les moins jeunes- ils n’ont pas du tout démérité. Les Ronaldi, Jeto, Steeve, Sidney et tant d’autres que nous pensions être âgés de 50 ans ont prouvé qu’ils avaient plutôt deux fois 25 ans. Ils se sont révélés à la hauteur de la tâche et sont déjà prêts à relever le défi à la plus prochaine compétition.

Ady ! Ady Westerband !! Voilà un vieux de la vieille qui a une fois de plus confirmer qu’il avait toujours la dent aussi dure…«Si rakèt ou pa gen grenn, fòk ou gen grenn pou Kale Ady». Néanmoins, le fait pour lui de jouer sous l’empire du stress a visiblement nui à son jeu en général élégant et efficace. Il reste et demeure quand même mon idole…Sa k pa kontan, anbake !!!

Et que dire de Claudy Georges ? Claudy n’arrête pas de nous surprendre !! Son poids fait un étonnant et curieux contraste avec l’agilité dont il fait preuve quand il prend l’adversaire de court. Mande m m a di w…j’en sais long….

En ce qui a trait à Stanley Handal, on a du mal à croire qu’il s’adonne au tennis de table depuis seulement 4 ans ! Ses services sont déroutants. Ses frappes impardonnables. Bravo Stanley ! À propos, ton discours de clôture n’est pas tombé dans les oreilles de sourds. Il ne nous a certes pas laissés indifférents. Ta requête aura fait écho dans le cœur des spectateurs et nous caressons l’espoir que certains d’entre eux apporteront leur contribution à l’épanouissement de notre ping-pong qui bat encore de l’aile. Du même coup, ils aideront nos jeunes à pratiquer le «Mens sana in corpore sano», comme le prônaient si bien les Romains.

Un grand coup de chapeau au président de la Fédération haïtienne de tennis de table. S’il y a un regain d’intérêt pour le ping-pong, notamment chez les jeunes, c’est en grande partie grâce à notre cher Ralph Kernisant qui fait un travail extraordinaire. Son allocution lors de la cérémonie de clôture nous a tous émus par la sincérité de ses propos. L’émotion a eu le dessus et il a dû passer le micro à Stanley dont les larmes gonflaient également les yeux.

Ce fut un week-end fantastique ! Et certainement, il ne le serait pas sans l’aimable et précieux concours de Madame Georges qui n’a pas hésité une seconde à bouder sa maison de plage qui lui est si chère, pour prêter main forte à son mari dans l’organisation de cette belle fête du sport !!

Merci Sandy Ann !

Merci Claudy !

Merci Stanley !

Merci Ralph et Frantz !

Merci à vous tous qui, d’une façon ou d’une autre, avez contribué au succès de cette première édition du tournoi FSC Open et 40ans +. Et nos plus vives félicitations aux champions Mario Pyram et Donika St-Fleur !

Un heureux spectateur,

Carlo Cavé

kodekings

Read Previous

Jhonny Jose Parima Rodriguez l’a échappé belle.

Read Next

Brésil, on y est

en_USEnglish