En prévision du championnat des nations de la Caraïbe

Matin et soir, sur les routes nationales, nos chevaliers de la petite reine s’activent dans la préparation, question d’être fin prêts pour le grand rendez-vous d’octobre, date à laquelle se déroulera à Port-au-Prince le championnat des nations de la Caraïbe. Nous avons rencontré l’entraîneur Sergo Jean-Louis qui fait le point sur la préparation de l’équipe haïtienne.

Le Nouvelliste : À quel point on en est avec le préparation de l’équipe nationale ?

Sergo Jean-Louis : L’on a commencé avec une préparation spécifique afin d’atteindre, d’ici le mois de septembre 2019, le niveau escompté. J’ai tout un programme très chargé axé sur le régime alimentaire des athlètes, les visites médicales, les conditions d’hébergement et la concentration, une séance deux fois par semaine avec un psychologue en attendant un entraîneur étranger ( vraisemblablement un Cubain) pour compléter le staff technique.

LN : À quel moment comptez-vous démarrer avec l’étape d’évaluation des athlètes ?

SJL : La fédération a un programme d’évaluation basé sur quatre séances de préparation en Martinique, en Guadeloupe, aux États-Unis et en République dominicaine. Je vous tiendrai informé sur le démarrage du programme.

LN : Pour Haïti, comment comptez-vous évaluer les sélectionnés ?

SJL : La FHC compte organiser trois compétitions sur les circuits Port-au-Prince/Cayes, Port-au-Prince/Jacmel et Port-au-Prince/Cap-Haïtien. Ce sera à partir de l’organisation de ces trois courses qu’on pourra se faire définitivement une idée sur la team haïtienne.

LN : Est-ce que tout est mis à votre disposition pour la préparation de l’équipe nationale ?

SJL : Au commencement oui, mais maintenant il y a une certaine régression dans la préparation de l’équipe en raison des problèmes économiques auxquels est confrontée la fédération.

LN : Pouvez-vous élucider ces problèmes ?

SJL : C’est toute une kyrielle de problèmes que nous rencontrons au niveau de la préparation de l’équipe haïtienne. En faire la liste prendrait des pages. À ce que je sais, le président Kénelt Léveillé m’a parlé des promesses faites par les secteurs public et privé, sans oublier celles de l’UCI, en référence bien sûr à un entretien tenu avec le président David Lappartient qui nous a réitéré tout son soutien et appui.

LN : Qu’avez-vous à dire comme mot de la fin ?

SJL : Un grand merci au journal Le Nouvelliste de m’avoir requis cet interview afin de parler et mieux faire comprendre au public les multiples péripéties de toute sorte auxquelles la Fédération est confrontée pour l’organisation du championnat de la Caraïbe qui se fera en Haïti en octobre prohain. J’invite tout le monde à se rallier à la cause da la FHC afin de prêter main forte pour que cette compétition soit vraiment une réussite. Ce serait osé de dire que nous allons remporter la compétition mais une chose reste sûre, c’est que nous allons faire tout notre possible afin qu’Haïti termine en bonne position. Je dis cela à condition justement que l’État haïtien, le secteur des affaires, la diaspora, etc. jouent pleinement leur partition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Emmnuel Bellevue

lenouvelliste.com

 

kodekings

Read Previous

Haïti bat Cuba et attend maintenant sa 2e mission

Read Next

Haiti fixée sur sa mission en League A

en_USEnglish