La Direction technique nationale et le championnat professionnel 2019

Le football est à la fois un sport et un art. Chaque exercice, chaque entraînement et chaque match rentrent dans un continuum et se fait dans un objectif défini d’abord par une direction technique nationale puis adapté au niveau des clubs en fonction de leur philosophie. Au moment où Haïti joue sa place de niveau I dans le cadre de la Concacaf, nous avons causé avec Wilner Étienne, directeur technique national depuis 2013, sur ce que sera 2019.

Enock Néré : En janvier de l’année en cours, la Direction technique avait organisé une formation d’entraîneurs de haut niveau. Quelle était la catégorire  visée? Ceux qui doivent travailler au niveau des académies de football pour changer l’avenir ou ceux qui entraînaient les clubs de D1 pour un changement immédiat?

Wilner Étienne: La DTN avait organisé une formation spécifique pour des éducateurs qui travaillent au niveau des académies régionales de la FHF. Les éducateurs visés étaient des entraîneurs qui travaillent déjà au niveau du football de  jeunes. Presque tous ces éducateurs avaient déjà reçu au moins une formation précédemment.

Enock Néré : Qui assurait la formation?

Wilner Étienne : Les instructeurs sont des Martiniquais, des Guyanais. Ils travaillent tous les deux au niveau de la direction technique nationale de la Fédération française de football.

Enock Néré : Que visait la Direction technique à travers ce stage?

Wilner Étienne : L’objectif de cette formation était de renforcer et d’enrichir les connaissances  de ces éducateurs pour pouvoir bien éduquer les jeunes dans les différentes académies.
Cette formation ne visait nullement les entraîneurs de la D1.

Enock Néré : Des instructeurs martiniquais pour assurer la formation des instructeurs devant intervenir dans les académies donc avec les tout-petits, quelle est donc l’école de football qu’entend reproduire la Direction technique nationale?

Wilner Étienne : L’académie modèle n’est autre que Camp nous. Camp nous c’est le berceau où l’on reçoit les tout meilleurs.
Toutes les académies régionales vont travailler selon un programme standard inspiré de ce qui se fait au Camp Nous.

Enock Néré : Vous parlez des académies nationales de football mises en place par la Fédération haïtienne de football comme si elles étaient actives, combien fonctionnent déjà?

Wilner Étienne : Sur 35 académies prévues, 20 fonctionnent déjà. Les autres vont être lancées sous peu puisque les ballons viennent d’arriver.

La Direction technique nationale et le Championnat haïtien de football professionnel

Enock Néré: Chaque direction technique analyse la saison et décele des éléments à corriger, qu’est-ce qui, sur le plan technique, nécessite une correction plus qu’urgente dans notre football?

Wilner Étienne : La DTN a les statistiques et le rapport technique de la saison écoulée.
On a analysé et bien avant le début de la saison, la DTN a rencontré tous les coaches de la D1 de façon globale. De multiples cours sont déjà planifiés pour la D1 et également pour les autres aspects du football  régional, sur la position géographique des différents clubs : Nord, Sud, Artibonite et Centre.

Enock Néré: Quel aspect technique espère-t-on changer après cette rencontre avec les coaches de D1?

Wilner Étienne : Je ne vais pas changer mais plutôt suggérer aux entraîneurs de travailler plus sur les détails du jeu de la finition. Et la façon de bien gérer leur groupe sur le plan d’attitude.
En général, sur le plan technique, on n’impose pas au niveau de l’élite des conditions en matière technique, car chaque club a sa politique et chaque entraîneur a sa philosophie et sa propre méthode de travail. Par contre, au niveau des jeunes, c’est nécessaire.

Enock Néré : Très peu de joueurs évoluant dans la compétition locale jouent en sélection. Techniquement, qu’est-ce qui est fait pour que les locaux répondent aux exigences de la sélection pour être dans de meilleures vitrines?

Wilner Étienne : Concernant les joueurs locaux pour la sélection nationale senior, il y a plusieurs réunions qui ont été organisées et le sélectionneur a la responsabilité de les suivre pour des éventuelles convocations si c’est nécessaire. Comme directeur technique national je suis toujours là pour suggérer et c’est déja fait.
À noter que la relation entre le directeur technique et le sélectionneur est horizontale au niveau de la sélection senior, tandis que, pour les sélections jeunes, c’est plutôt verticale. Voilà un peu comment cela fonctionne au niveau des différentes entités.

Le rôle de directeur technique national selon le manuel de la FIFA (pages 7 et 8) .

Le développement technique est primordial pour façonner le football de demain et, en tant que tel, il est l’un des domaines les plus importants pour chaque fédération de football. C’est un processus à long terme, où la vision, la persévérance, la stabilité et la continuité sont capitales en vue d’atteindre des résultats.

Le directeur technique joue un rôle clé en définissant et en dirigeant le programme de développement technique national du pays. Il est à l’aspect technique ce que le secrétaire général est à l’aspect gestion, et ses principales activités et responsabilités se concentrent sur l’augmentation du nombre de joueurs, ainsi que sur le football de jeunes et le football féminin, la formation des entraîneurs, la recherche et la documentation.

Le directeur technique, qu’on appelle aussi directeur du développement technique ou directeur sportif, est la personne chargée de définir et de mettre en œuvre les programmes de développement technique, et, par conséquent, de préparer le football de demain. Il soumet sa vision à long terme du football national au secrétaire général, au président et, éventuellement, au comité exécutif (ComEx). Il développe une stratégie technique sur plusieurs années permettant d’élever le niveau du jeu dans le pays et d’atteindre les objectifs fixés sur le terrain comme en dehors du terrain. Avec son département, il est par ailleurs chargé de la mise en œuvre de l’ensemble des actions liées au développement technique, mais aussi de leur contrôle, de leur suivi et de leur évaluation. En d’autres termes, il remplit dans le domaine technique la fonction que remplit le secrétaire général dans le domaine administratif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lenouvelliste.com

kodekings

Read Previous

Sept athlètes haïtiens en mission en République dominicaine

Read Next

Haïti en position de «stand by»

en_USEnglish